fbpx

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles sont puissantes, polyvalentes et leurs effets thérapeutiques se manifestent rapidement et efficacement, à condition qu’elles soient bien utilisées. Ce sont des essences concentrées odorantes et volatiles provenant de plantes odorantes, distillées et recueillies sous forme liquide. Elles sont efficaces, car elles sont habitées à 100% de molécules aromatiques.

GRATUIT: abonnez-vous au magazine santé

Dans cet article, vous pourrez découvrir ce qu’est l’aromathérapie, les caractéristiques des huiles essentielles, comment bien les choisir et les précautions à prendre pour une utilisation en toute sécurité.

Qu’est-ce que l’aromathérapie?

L’aromathérapie est l’utilisation d’huiles essentielles provenant de plantes qui ont des odeurs. D’une certaine manière, vous faites de l’aromathérapie sans le savoir lorsque vous utilisez des épices et des herbes pour assaisonner vos mets. Beaucoup d’huiles essentielles proviennent des plantes que l’on utilise en cuisine comme la menthe poivrée, l’anis, l’origan, le thym, le romarin, le clou de girofle, la cannelle, la sarriette, l’ail et l’oignon. En aromathérapie, elles sont d’excellentes huiles essentielles anti-infectieuses ou digestives. 

D’ailleurs, saviez-vous qu’on peut cuisiner avec les huiles essentielles?

L’aromathérapie est une forme de chimie-thérapie se fondant sur l’utilisation de substances chimiques naturelles définies à des fins thérapeutiques. Elles sont d’un grand secours dans le traitement de nombreuses infections et de divers types d’affections comme les douleurs, les contractions musculaires et le stress. Les caractéristiques moléculaires et leur action synergique déterminent leurs propriétés ainsi que leurs indications thérapeutiques.

Utilité des huiles essentielles

Quelques huiles essentielles sont antivirales, antibactériennes, antiseptiques et antifongiques. Grâce à certaines molécules qu’elles contiennent, elles vont agir en renforçant et en supportant le système immunitaire. Cela augmente la capacité du corps à se défendre.

Certaines huiles essentielles calment, aident à se détendre, ouvrent le cœur. Des odeurs vont influencer le psychisme, éveilleront la sensualité. Il existe un large choix d’huiles essentielles qui subliment les élans amoureux. Découvrez les huiles essentielles idéales pour une soirée à deux.

Les huiles essentielles peuvent également être utiles pour fabriquer des produits ménagers efficaces et sans danger pour la santé. Parfait pour « le ménage du printemps »! Et même pour atténuer les taches pigmentaires.

Par ailleurs, saviez-vous que plusieurs soignants utilisent les huiles essentielles en complément à la médecine allopathique?

Pour en savoir plus sur les huiles essentielles

Les caractéristiques des huiles essentielles

Elles sont volatiles et très sensibles à la chaleur. Non grasses, leur texture ressemble à l’alcool. Elles sont odorantes, en tenir compte lorsqu’on les choisit pour faire des mélanges. Leur action est puissante, rapide, mais limitée dans le temps parce qu’elles sont volatiles et sensibles à la chaleur.

Comment bien choisir une huile essentielle?

Une information imprécise est dangereuse. Lorsqu’on achète une bouteille d’huile essentielle, on se doit de bien la choisir pour ne pas faire d’erreurs, voire nuire à sa santé. La méconnaissance ou un oubli des espèces de la plante a été à l’origine d’accidents sérieux ayant entraîné une limitation de la liberté de vente des huiles essentielles. 

Voir notre collection d’huiles essentielles

L’information exacte

Saviez-vous qu’il existe environ 800 espèces d’eucalyptus et que certaines n’ont aucun lien thérapeutique entre elles? Par exemple, l’eucalyptus citronné a un effet anti-inflammatoire, antalgique, calmant et antiseptique, tandis que l’eucalyptus radiata a un effet expectorant puissant et anti-infectieux, non agressif. L’eucalyptus globulus a sensiblement les mêmes propriétés que l’eucalyptus radiata, sauf qu’il est plus agressif.  

Dire que la lavande est calmante est aberrant parce qu’il manque des informations, comme l’espèce botanique, car il existe plus d’une centaine de lavandes. La lavande stoechas est neurotoxique, la lavande aspic n’est pas calmante. Le lavandin super, la lavande vraie, la lavande fine sont des huiles essentielles calmantes, parce qu’elles ont des molécules biochimiques communes. 

Autre exemple, l’huile essentielle de sauge, vendue sans autre appellation, a provoqué des crises d’épilepsie et des comas. En fait, il existe deux espèces de sauge: la sauge officinale, contenant de la thuyone qui est neurotoxique et abortive, ainsi que la sauge sclarée qui ne contient pas de thuyone, ce qui la rend totalement inoffensive.

Les informations sur la bouteille

Le choix des huiles essentielles lors de vos achats repose sur la sélection de l’huile essentielle en fonction de ce qui est écrit sur la bouteille, c’est-à-dire : le nom latin, le nom français, l’espèce botanique, la partie distillée, le chémotype, le pays et avec la certification biologique.

La certification biologique est un élément très important. Elle nous assure que le producteur se conforme à la réglementation de la culture biologique, puis que celui qui distille les plantes aromatiques respecte les règles associées aux principes biologiques. De plus, la compagnie qui embouteille les huiles essentielles est surveillée de façon à ce que ce qui est dans la bouteille soit bien de l’huile essentielle biologique.

Bouteilles d'huiles essentielles, aromathérapie

Partie de la plante utilisée

Les diverses parties d’une même plante (fleurs, feuilles, tige, écorce, racines) peuvent produire des essences différentes. 

Par exemple, l’orangeraie produit : des essences aromatiques à partir du zeste de l’orange, de l’huile essentielle d’orange provenant des feuilles et provenant des fleurs (néroli). Trois huiles aux propriétés très différentes.

Le chémotype

Les composantes aromatiques d’une plante ne sont pas immuables. Une même plante croissant dans des lieux différents peut sécréter des essences très différentes en fonction de divers éléments comme l’ensoleillement, le climat, la composition du sol, l’altitude. On appelle ces variations de composition « chémotypes ». 

Par exemple, l’huile essentielle de romarin officinal peut avoir trois propriétés différentes selon qu’elle est récoltée au Maroc (eucalyptol 1,8 cinéole dominant), en Provence (camphre à bornéone dominant) ou en Corse (verbénone dominant).

Le pays d’origine

Il existe plus de 600 espèces de géraniums. Le géranium rosat pousse dans différents pays. D’un pays à l’autre, il peut avoir des composantes chimiques différentes. Par exemple, le géranium rosat qui croît en Chine et celui qui pousse en Afrique n’auront pas tout à fait les mêmes molécules aromatiques et, par conséquent, les mêmes effets thérapeutiques. 

Comparaison entre le géranium provenant de Chine et celui de l’Île de la Réunion

GÉRANIUM ROSAT% ± Chine% ± île de la Réunion
Citronellol40 %22 %
Formate de citronellyl11 %8 %
Géraniol6 %12 %
Formate de Géranyl2 %7,5%
Isomenthone6 %7 %
Linalol4 %13 %

Les molécules de géraniol et de linalol sont des molécules astringentes, anti-infectieuses. Elles génèrent de plus une odeur qui peut être associée à la rose. La citronellol est une molécule utile pour chasser les insectes.

Le bon choix d’une huile essentielle est la base pour un meilleur soin.

Précautions

Les huiles essentielles sont de puissants concentrés de molécules aromatiques dont certaines doivent être utilisées avec grande précaution. Il ne faut notamment pas administrer d’huiles essentielles par voie interne (buccale) à des enfants de moins de 8 ans, et il est impératif de choisir des huiles essentielles non toxiques, non agressives pour les muqueuses et la peau.

Mise en garde

Les huiles essentielles sont des composantes biochimiques avec de multiples différences moléculaires. Ces molécules sont classées en familles biochimiques. 

Certaines huiles essentielles problématiques

Dermocaustiques

Cannelle de Chine, cannelle de Ceylan écorce, origan compte, la sarriette des montagnes, thym vulgaris à thymol  

Elles sont dermocaustiques, elles brûlent la peau et les muqueuses. Il conviendra d’ajouter beaucoup d’huile végétale si on les utilise sur la peau et les muqueuses digestives, si prises de façon orale. Ces huiles seront réservées à un traitement d’attaque sur 10 à 20 jours en usage buccal. En usage cutané, elles ne sont pas toxiques, mais sont agressantes pour la peau. On doit les diluer à 10 ou 20 % dans une huile végétale pour un emploi cutané localisé. Dans ce groupe, certaines sont légèrement hépatotoxiques si prises oralement, comme l’origan compact, la sarriette des montagnes, l’ajowan, le thym vulgaris à thymol. On peut les consommer, mais modérément. 

Photosensibilisantes

Citron zeste, mandarine zeste, orange zeste, pamplemousse zeste

Ces essences aromatiques peuvent, lorsqu’elles sont appliquées sur la peau, avoir des effets photosensibilisants. Les effets se manifestent dans les heures qui suivent une exposition au soleil après l’utilisation. Il faut donc éviter de s’exposer au soleil lorsqu’on les utilise, et il est conseillé de couvrir son corps, d’autant que l’on sait que les réactions liées au soleil peuvent entraîner des cancers de la peau. On les évite absolument chez les enfants et les femmes enceintes.

Neurotoxique

Épinette blanche, romarin officinal à camphre, sauge officinale, thuya occidental

Ces huiles essentielles sont neurotoxiques en usage buccal. On ne les utilise jamais pour les enfants ni les femmes enceintes (risque de provoquer des avortements, usage interne). Il est important de noter que ces molécules ne sont pas toxiques sur la peau si elles sont employées localement et elles ne le sont pas davantage si on les respire dans une pièce ou dans la forêt. 

D’autres précautions

  • Les femmes enceintes ne doivent pas utiliser les huiles essentielles durant les trois premiers et le dernier mois de grossesse. On les évite par simple précaution, il n’existe en effet pas de recherche scientifique qui prouve qu’elles sont dangereuses.  
  • Sauf avis médical, n’utilisez pas d’huiles essentielles chez les bébés et les enfants de moins de 3 ans. Pour les enfants de plus de 3 ans, utilisez-les exclusivement sous contrôle médical
  • Test d’allergie. Chez les personnes sensibles, il peut y avoir des réactions à certaines huiles essentielles. Pour tester, déposez une goutte d’huile essentielle avec de l’huile végétale dans le creux du coude et patientez quelques heures. Si vous n’observez aucune réaction, irritation ou rougeur, vous pouvez l’appliquer sans crainte à la dose préconisée.  
  • Considérez les huiles essentielles comme des médicaments et rangez-les toujours hors de la portée des enfants.
  • En cas de projection oculaire, versez immédiatement de l’huile végétale dans l’œil pour diluer l’huile essentielle. 
  • Les huiles essentielles doivent être impérativement diluées pour une application sur les muqueuses.
  • En cas d’allergies respiratoires ou d’asthme, évitez d’inhaler directement les diffusions d’huiles essentielles.
  • N’associez pas huiles essentielles et traitements médicamenteux sans avis médical.
  • Consultez un médecin pour toute indication thérapeutique ou tout traitement par voie orale. Les huiles essentielles doivent être diluées sur un support type huile alimentaire, miel, sucre ou comprimé neutre pour un usage par voie orale.

En cas d’ingestion

  • En cas d’ingestion accidentelle ou d’application cutanée à l’état pur de façon accidentelle d’huiles essentielles dermocaustiques (agressives sur les muqueuses ou la peau ) comme la cannelle cassia ou l’origan compact, avalez ou appliquez sur la peau 1 à 4 c. à soupe d’huile végétale pour réduire l’irritation des muqueuses digestives ou la peau. Ne pas faire vomir si prise orale, car cela va agresser à nouveau les muqueuses. Ces huiles sont habitées de molécules phénols ou aldéhyde aromatiques, c’est la raison de leur forte causticité.
  • Après l’ingestion d’huiles essentielles neurotoxiques comme l’armoise blanche, la sauge officinale, le thuya occidental ou le romarin à camphre, faites-vous vomir. Elles contiennent certaines molécules appartenant à la famille biochimique monoterpenones. C’est ce qui explique leurs effets toxiques.
  • En cas d’ingestion accidentelle abondante d’huiles essentielles, rincez la bouche avec une huile végétale alimentaire.

  • Pour tous les cas, contactez immédiatement un centre antipoison et consultez un médecin.

Laisser un commentaire

shares