Par Guylaine Campion, ND et journaliste

Au cœur des Essences – Lorsque les huiles essentielles s’invitent en milieu hospitalier : voilà le titre d’un livre fort intéressant ayant vu le jour il y a quelques mois et relatant l’histoire tout à fait spéciale de l’infirmière française Catherine Maranzana. On y découvre le parcours exceptionnel de cette infirmière qui a entrepris d’entrer l’aromathérapie dans les structures médicales des Hôpitaux civils de Colmar dans la région de l’Alsace en France, et ce, sur des bases scientifiques et sous le contrôle des autorités médicales hospitalières et universitaires.

Ce livre est rempli de nombreux témoignages et d’exemples pratiques qui touchent le cœur de tous les adeptes d’aromathérapie. Tant le grand public que les professionnels de la santé naturelle peuvent y trouver des informations très utiles et fort pertinentes, sans compter les professionnels du monde médical intéressés par les méthodes dites « complémentaires ».

Aujourd’hui, son initiative peu commune dans le monde médical a permis la mise en œuvre d’un guide référentiel Aromathérapie scientifique : préconisations pour la pratique clinique, l’enseignement et la recherche, réalisé par un groupe d’experts et destiné aux professionnels de la santé en milieu hospitalier et médico-social.  En d’autres mots, ce guide très bien documenté permet l’utilisation des huiles essentielles de concert avec la médecine allopathique, dans tous les hôpitaux de la France.

UNE RENCONTRE DÉTERMINANTE POUR L’AUTEURE SONIA BLONDEAU

Ce livre tout à fait unique a été écrit sous la plume de Sonia Blondeau, comptable professionnelle agréée originaire de Québec, qui a occupé des postes supérieurs pendant plus de 25 ans. Mais en 2012, sa vie a basculé après une chute en vélo lors d’un entraînement pour un triathlon. Une blessure majeure l’immobilise pendant plusieurs mois. Après deux années de traitements médicaux et la prise de plusieurs médicaments, ses douleurs deviennent chroniques. En 2014, elle laisse son travail, vend sa maison et décide de parcourir le monde afin de trouver des solutions à travers les médecines complémentaires.

« D’abord, je suis partie dans une clinique de gestion de la douleur en Allemagne », nous explique-t-elle. « On m’a soignée avec la médecine allopathique, mais aussi avec une médecine complémentaire. Et j’ai commencé à voir des résultats si bien qu’au printemps 2015, j’ai pu recommencer à nager. Je me suis donc intéressée aux plantes médicinales et très vite aux huiles essentielles, et je me suis inscrite dans une école d’aromathérapie aux États-Unis. J’ai été fascinée par la science moléculaire derrière les plantes et les huiles essentielles. Une fois certifiée en aromathérapie, je suis partie à la recherche d’une trentaine d’experts qui œuvraient dans le milieu médical et paramédical à travers le monde. J’ai voyagé pendant 30 mois dans une dizaine de pays. Au fil de mes rencontres, j’ai fait la formidable découverte de Catherine Maranzana, en juillet 2016. »

Émue par l’histoire de cette infirmière et sa passion, elle décide de consacrer un livre sur son œuvre et tout son chemin parcouru.

UNE INFIRMIÈRE À LA FOIS HUMBLE ET AUDACIEUSE

Écrit sous la forme d’un récit, ce livre relate d’abord les origines de Catherine Maranzana, élevée par son arrière-grand-père qui lui a enseigné l’amour de la nature et des plantes jusqu’à ce qu’elle accède à un poste d’infirmière hospitalière auprès de patients cancéreux dans une unité d’hématologie.

L’auteure nous raconte comment cette femme s’est battue avec ardeur et détermination pour obtenir le droit d’introduire des traitements issus de l’aromathérapie et soulager les malades, en complément de la thérapie médicale conventionnelle. « C’est une femme qui a un amour passionné pour ses patients », dit-elle. « Elle est généreuse, douce, gentille, d’une grande humilité et déterminée à trouver des solutions. Elle est extraordinaire pour transmettre son message. Elle m’a beaucoup inspirée ».

Catherine Maranzana comprenait qu’il y avait des moyens alternatifs pour aider ses patients. Par exemple, lorsqu’ils revenaient d’un traitement de chimiothérapie, elle savait qu’elle pouvait soulager leurs nausées, leurs vomissements avec les huiles essentielles.

Au fil du temps, elle a continué à trouver des solutions devant des cas difficiles, là où la médecine allopathique n’en avait parfois plus. Par exemple, le cas d’un adolescent qui, lors d’une intervention chirurgicale, risquait une nécrose des tissus des extrémités. Avec l’application sur les mains et les pieds d’un mélange d’huiles essentielles, elle a réussi à stimuler de nouveau la circulation dans son système sanguin pour irriguer ses extrémités et ainsi éviter le pire.

Puis, lors d’atelier-mémoire au département de gérontologie, elle a réussi, grâce à l’odeur d’huiles essentielles, à raviver d’anciens souvenirs chez des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

De fil en aiguille, elle a établi des protocoles et travaillé en étroite collaboration avec les médecins qui lui ont fait confiance. Elle a formé plusieurs centaines de soignants, et d’autres hôpitaux et institutions en France se sont intéressés à son travail.

L’ÉLABORATION D’UN GUIDE RÉFÉRENTIEL

Catherine Maranzana a participé à l’élaboration d’un guide référentiel rédigé par une équipe d’experts (chercheurs, médecins, pharmaciens, infirmières, etc.), à l’intention des soignants qui désirent utiliser les huiles essentielles en complément à la médecine allopathique. Ce guide est disponible gratuitement depuis le mois de juin dernier.

« Avec patience et détermination, Catherine Maranzana a été en mesure d’établir une passerelle entre le monde de la médecine allopathique et celui de l’aromathérapie. Elle a su démontrer comment on pouvait utiliser l’une avec l’autre afin d’offrir un meilleur bien-être aux patients », nous dit l’auteure.

Dans ce guide, le groupe d’experts a conclu qu’il peut être fort utile de combiner les huiles essentielles à la médecine allopathique, notamment pour éviter d’augmenter des doses de médicaments et limiter les risques d’effets secondaires dans l’escalade thérapeutique. « La molécule unique qui est utilisée pour synthétiser un médicament afin d’imiter les effets thérapeutiques d’une molécule d’une plante ne fait pas partie d’une harmonie originelle, contrairement aux huiles essentielles qui elles demeurent dans leur entièreté, qu’on appelle quintessence », nous précise Sonia. « C’est pourquoi avec les huiles essentielles utilisées sainement, les effets secondaires sont quasi inexistants. La complexité harmonieuse des molécules en est la cause ».

INFORMER ET INSTAURER CETTE PRATIQUE EN AMÉRIQUE DU NORD

Pour Sonia Blondeau, plus question de retourner à sa profession de comptable. Une nouvelle mission l’attend.  À travers des conférences et appuyée par son livre et le guide référentiel français, elle veut informer le personnel médical et le grand public du mariage gagnant des huiles essentielles et de la médecine allopathique. D’ailleurs, Catherine Maranzana doit venir au Québec cet automne pour donner des conférences avec elle. Elle souhaite également que son livre soit traduit en anglais et faire des conférences aux États-Unis.

Tout ce cheminement, Sonia Blondeau n’aurait pu le faire si elle n’avait pas été gravement blessée en 2012, signe que la vie nous réserve parfois de belles surprises et prend des moyens inattendus pour nous montrer notre nouveau chemin. « Mon but maintenant est d’aider d’autres personnes qui souffrent et accroître la crédibilité dont l’aromathérapie a besoin », explique-t-elle. « Les plantes sont un trésor que la nature nous offre généreusement. On prend soin des plantes et elles nous soignent en retour. Il faut comprendre que l’on fait UN avec la Nature », conclut-elle.