Les produits naturels recommandés pour les personnes autistes

À l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, le 2 avril, il est important de mettre en lumière les approches alternatives et complémentaires qui peuvent aider à améliorer la qualité de vie des personnes autistes. Parmi ces approches, l’utilisation de produits naturels tels que les suppléments alimentaires, les vitamines et minéraux, les plantes médicinales, ainsi qu’une hygiène de vie adaptée et une alimentation équilibrée, peuvent jouer un rôle significatif. Dans cet article, nous explorerons ces différentes facettes pour offrir des pistes de soutien et d’accompagnement aux personnes autistes et à leurs familles.

10 huiles essentielles qui coûtent 3 fois rien

Ce qui explique parfois le coût élevé de certaines huiles essentielles vient en partie de la quantité de plantes aromatiques nécessaire à la distillation. Plus la quantité de plantes est grande, plus le prix de vente sera élevé. Par exemple, pour obtenir un litre (1 kilo) de mélisse, il en faut 4 000 kg à 12 000 kg (5 à 10 tonnes), et pour un litre d’huile essentielle de rose de Damas, il faut 3 500 à 4 000 kg de pétales.

Cela représente beaucoup de plantes récoltées et d’efforts pour obtenir certaines huiles essentielles, expliquant en grande partie leur prix élevé. À cela s’ajoutent la difficulté de la récolte (en montagne, terrain difficile), le coût de la main-d’œuvre et du transport.

En revanche, certaines huiles essentielles ne coûtent presque rien, car leur coût de production est faible, et d’autres variables permettent d’obtenir des huiles essentielles de qualité biologique à un coût raisonnable. Par exemple, il faut le tiers de la quantité de plantes de lavandin hybrida super pour la distillation et obtenir un litre d’huile essentielle (presque un tiers moins onéreux) par rapport à la lavande vraie. D’un point de vue thérapeutique, elles sont équivalentes, ayant pratiquement les mêmes molécules aromatiques.

Un autre exemple est la production d’huile essentielle de clou de girofle, qui nécessite 6 à 7 kg de boutons fleuris de clou pour obtenir un litre d’huile essentielle, son prix est aussi très bas. La valeur d’une huile essentielle ne repose pas sur son prix, mais sur ses molécules aromatiques et ses propriétés thérapeutiques : physiques et émotionnelles.

Le zinc et l’alimentation

Le zinc, tout comme le magnésium, est un nutriment très important puisqu’il est impliqué dans une centaine de réactions enzymatiques dans le corps. Le zinc, cet oligo-élément, a pour fonction, entre autres, de :
Diminuer l’inflammation;
Stimuler le système immunitaire;
Supporter la production de progestérone;
Protéger contre certains cancers.

Déjouer les allergies saisonnières par l’alimentation 

Le printemps commence à se faire sentir tranquillement et, malgré le fait que cette saison est tant attendue, elle peut être redoutable pour certains si elle rime avec allergies saisonnières. Peut-on déjouer les allergies saisonnières par l’alimentation? Nous verrons dans cet article qu’il est bel et bien possible de diminuer les effets des symptômes associés aux allergies avec l’aide de certains aliments.

Axe intestins-cerveau-peau : jamais deux sans trois !

Le lien entre le microbiote intestinal et le cerveau est une notion bien connue de tous ceux et celles s’intéressant moindrement à la santé au naturel. Il n’est plus à prouver que la santé intestinale a un impact notable sur la santé cérébrale et vice versa.

Ces deux entités communiquent de façon bidirectionnelle par un réseau complexe de molécules, bien que le microbiote intestinal en soit l’acteur principal. Néanmoins, en ajoutant un troisième élément à cet axe, la peau, il est possible d’obtenir des explications très intéressantes quant à certaines problématiques cutanées, pour ne pas dire la grande majorité.

Quel lien existe-t-il entre ce troisième greffon et les deux d’origine? Comment le cerveau et le microbiote intestinal influencent-ils la santé cutanée? Si ce concept est nouveau pour vous, vous serez étonné de découvrir d’abord les liens qui unissent les intestins et la peau et également de constater que la santé cutanée relève de beaucoup plus que d’une routine beauté impeccable.

Les plantes et la grossesse : sélection et précautions

Pour l’occasion de la journée internationale de la sage-femme, le 5 mai, il est essentiel de rappeler l’importance des soins naturels et des pratiques préventives pour la santé des futures mamans. Parmi ces pratiques, l’utilisation des plantes médicinales occupe une place significative. Certaines plantes peuvent être bénéfiques pendant la grossesse, tandis que d’autres doivent être évitées à tout prix.

Les massages de tête : Des moments de bien-être bénéfiques

Voilà une pratique de plus en plus répandue dans les salons et qui nous fait du bien : les massages crâniens. En effet, devant une demande toujours croissante, plusieurs salons de coiffure ont intégré les massages à leur liste de services. Ce qui n’étonne guère puisque nous avons besoin de ce moment de détente plus que jamais.

Les plantes au secours des lendemains de veille !

Le temps des festivités tire à sa fin que déjà certains malaises digestifs apparaissent, conséquences des heures de sommeil irrégulières, des repas trop copieux et des nombreuses occasions de lever notre verre. Et c’est sans oublier le fameux stress. Que la note est élevée parfois!

Diminuer naturellement l’endométriose avec des plantes 

L’endométriose est une condition douloureuse et souvent méconnue qui affecte de nombreuses femmes à travers le monde. Bien que des approches médicales existent, de nombreuses femmes cherchent des solutions naturelles pour atténuer les symptômes et améliorer leur qualité de vie. Parmi les options disponibles, certaines plantes se démarquent par leurs propriétés apaisantes et anti-inflammatoires. Explorons ensemble certaines d’entre elles.