Par Guylaine Campion, ND

En médecine traditionnelle chinoise, savoir ancestral qui inspire les Chinois depuis plus de 5 000 ans, chaque saison est associée à des organes clés : le foie au printemps, le coeur à l’été, le poumon à l’automne et le rein à l’hiver. À noter qu’il existe des intersaisons, soit les quelques jours précédant le début de chaque saison, et dont les organes associés sont la rate et le pancréas. Par ailleurs, chaque saison est reliée à un élément : le printemps au bois, l’été au feu, les intersaisons à la terre, l’automne au métal et l’hiver à l’eau.

Avec une alimentation appropriée, il est possible de stimuler les organes-clés, de s’assurer de leur bon fonctionnement et d’une circulation adéquate de l’énergie. Si l’énergie ne circule pas bien, on peut voir apparaître divers problèmes de santé tels que la fatigue, des troubles de transit intestinal, une sensation de mal-être, etc. La solution est donc de choisir ses aliments en fonction des saisons.

En diététique chinoise, on analyse les aliments sous différents aspects : leur nature, leur saveur, leur consistance, leur couleur, leur forme. Par exemple, la nature (froide, fraîche, neutre, tiède ou chaude) des aliments a un effet réchauffant ou refroidissant sur l’énergie. Autre exemple, la saveur induit des actions énergétiques dans l’organisme : l’acide a un effet astringent, l’amer assèche l’humidité, le doux tonifie, le piquant disperse, etc.

En médecine chinoise, différentes phases s’alternent. Il y a des alternances de souffle. Ainsi, le souffle tiède du printemps devient la chaleur de l’été. Ensuite, en automne, on assiste à la montée du Yin avec le refroidissement, etc. La vie se déroule en quatre temps : l’apparition, la croissance, le déclin et la disparition. Puis, tout renaît et se renouvelle.

Le printemps selon la diététique chinoise
L’été selon la diététique chinoise
L’automne selon la diététique chinoise
L’hiver selon la diététique chinoise
Les intersaisons selon la diététique chinoise [article à venir]