fbpx

Se lancer dans le jardinage : quelques conseils

Par Joëlle Carle, conseillère écolo et zéro déchet à La Brouette | https://www.labrouette.ca/ | Facebook : labrouette.ca

Débuter un potager constitue une source de plaisir et d’émerveillement. C’est une activité à la portée de chacun, mais qui exige un minimum de connaissances, de travail et de constance. Un jardin trop grand ou mal planifié peut rapidement devenir un fardeau. Il est illusoire d’envisager une autonomie alimentaire avec quelques bacs ou peu de temps disponible pour l’entretien. Par contre, rien ne saura égaler le plaisir d’aménager un potager à notre image et de partager nos propres récoltes!

Avant de commencer

Avant de vous lancer dans l’aménagement d’un premier potager, il est important de préciser vos attentes. Souhaitez-vous cultiver seulement quelques fines herbes, initier vos enfants au jardinage ou remplir le garde-manger de conserves? Aurez-vous beaucoup de temps et d’énergie à consacrer au projet ou passerez-vous l’été à courir entre boulot, pratiques de soccer et chalet? Une réflexion sur votre objectif et vos capacités réelles vous aidera à faire de votre rêve un projet réaliste.

Un potager trop grand et un manque de connaissances représentent les principales erreurs. Vaut mieux un petit jardin productif qu’un grand dont on perd le contrôle! Se munir d’un bon livre et prendre le temps de s’informer permet d’éviter des faux pas. Procurez-vous au moins un guide d’un horticulteur québécois de renom et consultez régulièrement magazines et sites spécialisés. Devenir un bon jardinier, c’est l’histoire d’une vie!

Aménagement

Le choix de l’emplacement pour le jardin est d’une importance capitale. Il faut à la fois offrir les meilleures conditions aux plantes que l’on veut cultiver et rendre l’entretien facile et agréable. Prenez le temps d’évaluer votre environnement. Déterminez l’endroit idéal : observez la course du soleil, les arbres et les bâtiments. La majorité des plantes potagères sont très gourmandes en lumière et nécessitent un minimum de 8 heures de soleil direct. 

Ne vous restreignez pas à la cour arrière. Parfois, l’ensoleillement est meilleur en façade ou sur le côté de la maison. Il existe une multitude d’espaces souvent peu utilisés qui peuvent avantageusement être aménagés en potager ou recevoir quelques légumes : plates-bandes florales, balcon, clôtures, bordure de piscine, mur de garage. Si les conditions de culture y sont favorables, profitez-en!

Le potager doit être facile d’accès pour suivre son évolution et y effectuer un dépistage quotidien. Le jardinage implique des arrosages réguliers et un accès à des outils de base (pelle, fourche, arrosoir). Assurez-vous d’avoir une source d’eau facilement accessible, un espace de rangement à proximité et une circulation aisée entre les espaces de culture.

En pleine terre ou en contenants?

Chaque méthode de culture comporte avantages et inconvénients. En pleine terre, les plantes peuvent puiser eau et nutriments en profondeur. Les arrosages sont moins fréquents et la qualité du sol pourra être améliorée au fil des ans par l’apport de matière organique. Si vous redoutez un sol pauvre ou contaminé, envisagez une analyse complète du sol. 

La culture en contenants permet de jardiner là où l’accès au sol est impossible ou de créer des aménagements adaptés à vos besoins et à votre environnement. Par exemple, de grands bacs surélevés seront tout désignés pour les personnes à mobilité réduite. Des paniers suspendus ou des boîtes à fleurs s’installeront bien sur un balcon. Privilégiez des contenants de grandes tailles : les petits ont tendance à sécher plus vite et à restreindre le développement des racines, réduisant ainsi vos chances de succès. Optez toujours pour un terreau de la meilleure qualité!

Choix des semences et planification des cultures

Depuis une quinzaine d’années, des semenciers artisanaux québécois travaillent d’arrache-pied pour offrir aux jardiniers amateurs des variétés de légumes adaptées à notre climat nordique. Néanmoins, nous devons jouer de patience pour cultiver de nombreux légumes originaires de pays plus chauds. Par exemple, tomates et poivrons, originaires d’Amérique centrale, devront être démarrés à l’intérieur 6 à 8 semaines avant le dernier gel, puis transplantés au jardin. Carottes et haricots sont à semer directement à l’extérieur après les risques de gel. Il n’existe pas de règle universelle pour le moment de semer ou de transplanter au jardin.

Chaque espèce nécessite donc une attention particulière pour donner de bons résultats. À cet effet, les enveloppes des semences et les sites des semenciers présentent de judicieux conseils pour planifier vos semis et l’espace à prévoir au jardin. Le choix d’espèces hâtives et faciles à cultiver, l’élaboration d’un plan de jardin détaillé et le suivi des consignes propres à chaque variété vous assureront un bon départ.

Le jardinage, bien plus que des légumes!

Outre l’accès à des aliments frais et sains, le jardinage ouvre la porte à des bienfaits encore plus grands. Se lancer dans un projet de potager nous invite à prendre conscience de la beauté de la nature, à nous interroger sur la provenance de notre nourriture, à remettre en question la production industrielle de nos aliments et ses impacts sur l’environnement. Sans compter que le potager devient rapidement un lieu d’échange et un sujet de conversation avec d’autres passionnés!

Bon jardinage!

Laisser un commentaire

shares