fbpx

Les déodorants : des bombes toxiques?

Par Marie-Christine Trépanier, journaliste 

Le déodorant est un produit d’hygiène que nous utilisons tous les jours et qui fait partie de notre routine de soins personnels. Cependant, il est essentiel de vérifier la liste des ingrédients qui s’y cachent, car certains d’entre eux sont soupçonnés de mettre notre santé en danger!

GRATUIT: abonnez-vous au magazine santé

Pourquoi transpire-t-on?

La transpiration est un phénomène physiologique tout à fait naturel qui permet à l’organisme d’éliminer les toxines, mais aussi à refroidir le corps et maintenir son hydratation.  

Conséquemment, il est tout à fait normal de transpirer durant les chaudes journées d’été, si on a de la fièvre, durant des périodes de stress ou lors de la pratique d’activités sportives.   

L’odeur de la transpiration, qui est l’ennemi à combattre, est due à la présence sous les aisselles de glandes sudoripares qui sécrètent de la sueur « apocrine » et qui contient des molécules (protéines, lipides). Des bactéries sur la peau des aisselles transforment ces molécules avec pour résultat l’odeur désagréable.  

La différence entre un déodorant et un antisudorifique 

Les déodorants et les antisudorifiques n’agissent pas de la même façon.  

Les déodorants peuvent remplir plusieurs fonctions soit de masquer l’odeur par d’autres molécules odorantes, limiter la quantité de sueur aux bactéries avec du talc ou tuer les bactéries avec l’alcool, par exemple. 

De leur côté, les antisudorifiques agissent en plus, en stoppant la production de sueur, et ce, grâce aux sels d’aluminium ou sels de zirconium qu’ils contiennent.  

Des déodorants aux produits toxiques 

En février dernier, un déodorant vendu en pharmacie a fait l’objet d’un rappel au Canada, car on le soupçonnait d’être très dangereux pour la santé. On y avait détecté un produit toxique dans la bouteille en aérosol.

En fait, les experts de Santé Canada ont noté la possible présence de benzène : un agent très cancérigène qui peut causer des cancers comme la leucémie et le cancer du sang de la moelle osseuse, ainsi que des troubles sanguins présentant un danger de mort.   

Plusieurs autres déodorants et antisudorifiques sous forme de bombes en aérosols avaient déjà fait l’objet de rappel au cours des derniers mois, en raison de la présence de benzène. Voilà pourquoi, il est si important de toujours vérifier la liste des ingrédients que contiennent les produits d’hygiène et les cosmétiques.  

Des ingrédients à bannir 

Sels d’aluminium, BHA, BHT, butylparaben, propylparabène, triclosan… voilà des ingrédients aux noms complexes qui se retrouvent souvent au banc des accusés lorsqu’il est question de toxicité.  

Les sels d’aluminium

Les sels d’aluminium sont des agents anti-transpirants. En resserrant les pores de la peau, ils bloquent la sueur et les mauvaises odeurs qui l’accompagnent.  

Rappelons-nous d’abord que transpirer est un phénomène naturel qui nous permet d’évacuer les toxines de notre organisme et de réguler sa température. Or, en bouchant les glandes sudoripares, les sels d’aluminium peuvent alors causer des irritations et des inflammations.  

Lorsqu’ils sont utilisés quotidiennement, on soupçonne les sels d’aluminium de favoriser le cancer du sein en traversant la barrière cutanée. Même si la communauté scientifique ne s’entend pas encore à ce sujet, mieux vaut être vigilant et ne pas prendre de risque. La pénétration dans l’organisme de cet élément étant multipliée par six sur une peau lésée, il est donc recommandé par mesure de précaution de ne pas appliquer de déodorant contenant de l’aluminium après le rasage des aisselles.  

Les sels d’aluminium solubles sont potentiellement les plus dangereux, car ils pénètrent plus aisément dans le corps. Méfiez-vous donc des appellations suivantes : « aluminium chloride », « aluminium chlorohydrate » et « aluminium sulfate ».  

On croit aussi que les sels d’aluminium pourraient avoir un impact sur le système nerveux à long terme.  

La pierre d’alun

La pierre d’alun est souvent présentée comme étant une solution de rechange intéressante aux sels d’aluminium. Pourtant, il n’en est rien, car elle renferme, elle aussi, des sels d’aluminium. 

BHA et BHT 

Le BHA et le BHT sont des agents de conservation qui empêchent l’oxydation et l’altération des produits. Ils sont classés comme étant cancérigènes et sont soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens. On peut aussi les retrouver sur les étiquettes avec les appellations suivantes : « butylhydroxytoluène » et « butylhydroxyanisole ». 

Les parabènes

Les parabènes sont des agents de conservation utilisés dans plusieurs cosmétiques et produits de soins personnels. Leur rôle est de protéger les formules des proliférations bactériennes et microbiologiques.  

Voici ce que l’on dit à propos des parabènes sur le site de Santé Canada : « Des études in vitro ont permis d’observer que les parabènes ont un effet légèrement semblable à celui des oestrogènes. De plus, on a aussi découvert que certains parabènes ont des effets sur le développement du système reproducteur masculin dans des études sur les animaux. Cette constatation soulève des préoccupations en raison du lien entre les oestrogènes et le cancer du sein, mais il existe un grand nombre de questions et de données scientifiques contradictoires quant aux effets d’un faible taux d’oestrogènes chez l’humain. »

Santé Canada affirme être en train de réaliser une évaluation sur les parabènes dans toutes leurs utilisations et continuera de surveiller et d’examiner toute nouvelle donnée scientifique sur les parabènes.  

Le triclosan

Le triclosan est utilisé dans les cosmétiques comme agent de conservation afin de prévenir ou ralentir la prolifération microbienne et empêcher la détérioration des produits. Santé Canada considère que le triclosan est sécuritaire lorsqu’il est utilisé à des concentrations de 0,03% dans les rince-bouches et de 0,3% dans les autres cosmétiques. 

Toutefois, certains experts considèrent le triclosan comme étant un agent antibactérien très puissant qui peut être irritant pour la flore bactérienne des aisselles. Il serait même reconnu comme étant un perturbateur endocrinien pouvant affecter les oestrogènes et les hormones thyroïdiennes.  

L’alcool dénaturé

L’alcool dénaturé que l’on retrouve notamment dans les déodorants sous forme de vaporisateur procure un effet de fraîcheur lors de l’application. Il s’agit d’un irritant qui assèche la peau et qui modifie son film hydrolipidique. Il favorise aussi la pénétration des autres ingrédients potentiellement mauvais pour la santé. Par surcroît, il peut engendrer des taches sur la peau lorsque celle-ci est exposée au soleil.  

Les gaz propulseurs 

Les gaz propulseurs que l’on retrouve dans les déodorants sous forme de vaporisateurs sont des substances volatiles qui polluent l’air et qui, respirées quotidiennement, peuvent déclencher diverses réactions respiratoires ou allergiques.  

Des trucs et des moyens naturels pour mieux contrôler les odeurs de la transpiration 

Dans un premier temps, étant donné que les odeurs désagréables de la transpiration proviennent du développement de bactéries, l’épilation des aisselles aide à mieux les maîtriser. 

Attention à votre alimentation, car certains aliments et boissons tels que le café, l’alcool, les plats épicés, l’ail, l’oignon, le chou et le poireau peuvent accentuer les mauvaises odeurs corporelles. Il est donc préférable d’éviter de ne pas en consommer ou du moins d’en limiter la consommation. Buvez vos boissons à température ambiante, car boire chaud ou froid peut faire transpirer. Enfin, buvez beaucoup d’eau.

La chlorophylle en liquide ou en gélules est un excellent purificateur sanguin qui agit efficacement sur les odeurs corporelles. Elle rééquilibre le taux d’acidité dans le sang.  

Saviez-vous que le bicarbonate de soude est un bon allié pour lutter contre les mauvaises odeurs, car il est un régulateur antibactérien? Il empêche donc le développement des bactéries responsables des mauvaises odeurs.  

Après la douche et le bain, vous pouvez frotter vos aisselles avec de la poudre fine de bicarbonate de soude afin d’éviter la transpiration.  

Une recette pour faire votre propre déodorant naturel 

À votre magasin de produits naturels, vous trouverez plusieurs déodorants entièrement naturels sans aluminium, sans parabènes, sans colorants artificiels et sans agents toxiques. Ils contiennent plutôt du gel d’aloe vera, de l’extrait de pépins pamplemousse, de l’extrait d’hamamélis, de calendula, etc. et ils peuvent être parfumés aux huiles essentielles.  

Vous pouvez aussi fabriquer votre propre déodorant entièrement naturel. Voici une recette : 

Déodorant naturel

Mélangez :

  • 2 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude 
  • 6 cuillerées à soupe de fécule de maïs 
  • 3 cuillerées à soupe d’huile de noix de coco 
  • 10 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé (Tea Tree Oil)
  • quelques gouttes d’une huile essentielle de rose ou de lavande pour parfumer (facultatif)

Remuez pour obtenir une pâte. Mettez le mélange dans un pot à couvercle et placez-le au réfrigérateur afin d’obtenir la texture d’une pâte.  

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement.  

Laisser un commentaire