fbpx

L’aide des plantes pour diminuer la fièvre

Par Nathalie Beaudoin, herboriste-thérapeute Hta et naturopathe N.D.

Facebook : Nathalie Beaudoin Herboriste-naturopathe | https://www.facebook.com/nathalie.beaudoin.nd

Saviez-vous que les plantes peuvent être un recours intéressant en cas de fièvre?

GRATUIT: abonnez-vous au magazine santé

En effet, on utilise couramment l’achillée, la reine-des-prés, le saule et les fleurs de sureau en herboristerie pour lutter naturellement contre les états fiévreux. 

Qu’est-ce que la fièvre ?

La fièvre est une réaction normale de l’organisme en réponse à une infection. Ce n’est pas une maladie, mais un symptôme extrêmement fréquent, en particulier chez les enfants, qui accompagne de nombreuses maladies infectieuses. La température normale du corps est d’environ 37°C. Lorsqu’elle dépasse les 38°C, on parle de fièvre. Il s’agit d’un mécanisme naturel de défense du corps. 

En augmentant sa température interne au-delà des 37° habituels, il semble que le corps permette ainsi aux globules blancs d’être plus efficaces. Souvent bénigne, elle n’en est pas moins désagréable et parfois même difficile à supporter. Certaines plantes médicinales peuvent donc aider à la faire baisser de façon naturelle.

Que faire en cas de fièvre ?

On ne recommande pas toujours de traiter la fièvre, au contraire. Selon Passeport Santé, il faut agir au cas par cas. Si la fièvre est bien tolérée, il n’est pas nécessaire de la faire baisser à tout prix. 

Extrêmement fréquente, notamment chez l’enfant, la fièvre ne doit pas inquiéter. On conseille toutefois de consulter si elle :

  • Touche un nourrisson de moins de trois mois;
  • Est très élevée (plus de 40°C);
  • Persiste au bout de 48 heures sans signe d’amélioration et sans cause définie;
  • S’accompagne d’autres symptômes comme des maux de tête, des douleurs et chez l’enfant d’un affaiblissement général;
  • Aucune explication n’est apparente.

Dans tous les cas, il est nécessaire de prendre précisément la température de manière régulière et de boire suffisamment pour éviter la déshydratation. Pour les enfants, la pièce où ils se trouvent ne doit pas être trop chaude et il faut l’aérer régulièrement. Il ne faut pas trop les couvrir. Utiliser un humidificateur ou un diffuseur d’huiles essentielles au besoin. 

Si la fièvre est mal supportée, la méthode conventionnelle est de prendre des antipyrétiques (acétaminophène, aspirine, ibuprofène). Chez les enfants, on recommande d’utiliser l’acétaminophène en première intention.

Fièvre : rôle des plantes   

Les plantes antipyrétiques et diaphorétiques, qui ont des principes actifs utilisés pour lutter contre les états fiévreux et certains syndromes inflammatoires aigus, peuvent toutefois être efficaces si on souhaite soulager l’inconfort associé à la fièvre, comme des douleurs, les courbatures, les frissons, etc. Sous forme d’infusion, les plantes participent notamment à une bonne hydratation indispensable en cas d’épisodes fiévreux. 

Voici quatre plantes médicinales traditionnellement utilisées en herboristerie pour faire baisser la fièvre.

  1. Achillée millefeuille

Achillea millefolium

L’achillée millefeuille, communément appelée « herbe à dinde », est utilisée depuis fort longtemps contre bon nombre de maux, notamment les troubles de la digestion, comme la diarrhée, en raison de son astringence. 

On l’utilise aussi en cas de douleurs associées aux menstruations. En infusion, on la considère comme antipyrétique et antiseptique, d’où son emploi traditionnel en cas de fièvre, de rhume et d’autres infections. 

Mode de préparation

Préparer une infusion avec deux cuillerées à thé de plante pour 250 ml (1 tasse) d’eau bouillante. Laisser infuser 10 minutes. La tisane d’achillée est légèrement amère. 

On déconseille l’achillée durant la grossesse, chez les jeunes enfants et chez les personnes souffrant de calculs et d’obstruction des voies biliaires.

  1. Reine-des-prés

Filipendula ulmaria

La reine-des-prés est une plante antalgique qui permet de faire baisser la fièvre. En raison de sa teneur en salicylate, on la considère comme « une aspirine naturelle », bien mieux tolérée par l’estomac que cette dernière. Elle se prête bien aux infusions, car elle a un goût agréable. 

Mode de préparation

Compter 1 cuillerée à thé de plante séchée par tasse d’eau chaude, ou utiliser 50 à 60 g de fleurs (fraîches ou séchées) pour 1 litre d’eau chaude, mais non bouillante. Attention à ne pas porter la plante à ébullition pour ne pas détruire les dérivés salicylés. 

On ne recommande pas la reine-des-prés en cas d’allergie aux salicylates, aux personnes qui ont des troubles de coagulation ou qui prennent des fluidifiants sanguins. 

  1. Saule blanc

Le saule est une des plantes « phare » à utiliser contre la fièvre. Son écorce renferme des flavonoïdes aux effets anti-inflammatoires et du salicoside qui est un précurseur de l’acide salicylique (à l’origine de l’aspirine). 

Bien que son action soit proche de celle de l’aspirine, le saule est mieux toléré par l’estomac et ne fluidifie pas le sang. Grâce à ses flavonoïdes et à ses composés salicylés (en particulier la salicine), on utilise traditionnellement l’écorce de saule blanc pour faire tomber la fièvre. 

Mode de préparation

L’écorce de saule se trouve en herboristerie sous forme de préparation pour tisane (en décoction) ou de complément alimentaire sous forme de gélules en magasin d’aliments naturels. En infusion, on recommande de placer de 2 à 3 g d’écorce, dans une tasse d’eau portée à ébullition pour en faire une décoction. 

On doit prendre le saule blanc avant chaque repas de la journée, soit à quatre reprises. On ne le recommande pas en cas d’allergie aux salicylates, aux personnes qui ont des troubles de coagulation ou qui prennent des fluidifiants sanguins.

  1. Sureau

Sumbucus nigra ou S. canadensis

Les fleurs séchées de sureau noir ou de sureau blanc sont utilisées pour lutter contre la fièvre, en particulier quand elle est liée aux infections respiratoires bénignes, comme le rhume et la rhinopharyngite. Plante diaphorétique, le sureau ouvre les pores de la peau et favorise le processus de sudation et l’élimination des toxines en cas de fièvre. C’est aussi un remède sécuritaire de choix pour les jeunes enfants et les nourrissons.

Mode de préparation

Pour une infusion, utiliser 2 cuillerées à thé de fleurs séchées par tasse d’eau chaude ou compter 50 g par litre d’eau légèrement bouillie. Laisser infuser 10 minutes. À consommer plusieurs fois dans la journée.

Autres recommandations

D’autres plantes sont réputées pour diminuer la fièvre, par exemple, l’eucalyptus. À noter également que les très classiques tilleul et verveine sont employés pour cet usage de longue date.

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement. Si les symptômes persistent, consultez un médecin.  

Sources : L’herboriste-thérapeute Ayurvédique Hta Jonathan L. Raymond pour Association Manger Santé Bio, e-sante.fr, Passeport Santé, Top Santé

Laisser un commentaire