Par Marc-André Gagnon | vinquebec.com

Musique et vin… quel beau mélange! Un beau cocktail!

Le saviez-vous? La musique modifie le goût du vin. Ou du moins, la perception qu’on a du goût de ce vin. Depuis plus de 50 ans, des scientifiques s’intéressent à la question. Ces études démontrent que la musique influence considérablement le goût de ce que nous buvons, et ce, sans que l’on s’en rende vraiment compte!

« Ce que nous écoutons peut modifier les attributs sensoriels, descriptifs et hédonistes de ce que nous goûtons. » C’est ce qu’écrit Charles Spence et Qian Janice Wand du département de psychologie de l’Université d’Oxford en Angleterre. Les deux chercheurs ont passé en revue toutes les recherches sur les effets de la musique sur la consommation. Ils ont publié leurs résultats en trois tranches d’un article intitulé Wine and music: so what if music influences the taste of the wine? (Vin et musique : et si la musique influençait le goût du vin?)

En fait, la musique est un stimulus. Elle peut modifier notre comportement. En 1997, une étude a démontré que la musique affecte le choix des produits dans des magasins. Selon l’étude Hargreaves, les gens achètent plus de vins français dans les supermarchés quand on joue de la musique française à l’accordéon. D’autres recherches ont démontré que des consommateurs achètent des vins plus chers dans les restaurants lorsque l’on joue de la musique classique.

Lorsque l’on étudie l’influence de la musique sur l’expérience de la dégustation, il peut être utile de faire la distinction entre quatre types de jugements ou d’impressions différents que nous pouvons attribuer à un vin.

  • Hédoniste: le plaisir procuré par ce vin;
  • Descriptif: un vin lourd ou léger, fin ou corsé, mince ou charnu;
  • Analytique: la complexité, l’équilibre, la qualité et l’évaluation du prix;
  • Sensorielle: notre évaluation des propriétés physiques du vin (par exemple, la douceur, l’acidité, l’alcool) et l’impact sur le buveur (astringence, longueur, etc.).

Les chercheurs Spence et Wand ont donc décidé de vérifier si la musique influence ces quatre types de jugements sur le vin.

Du point de vue hédoniste, ils ont constaté que certaines musiques rendent l’expérience de dégustation de vin plus agréable.

La musique modifie aussi la manière dont nous décrivons le vin. En faisant jouer la cantate Carmina Burana de Carl Orff, des consommateurs ont décrit le vin 60 % plus puissant qu’en écoutant une musique légère. La musique influence aussi l’analyse que nous faisons du vin. Il sera dit plus cher si on le boit pendant qu’il y a de la musique classique diffusée dans la pièce. Le même vin sera dit moins cher si c’est de la musique populaire.

Les auteurs expliquent ces phénomènes par ce qu’ils appellent les «correspondances intermodales». La musique modifie nos émotions. Elle influence donc nos sensations. Le plaisir ou déplaisir de la musique est analysé par une zone précise du cerveau: le cortex gustatif, appelé aussi cortex orbitofrontal. C’est le même cortex qui analyse les sensations émotives produites par le vin. Ainsi, une étude a démontré qu’une musique douce a atténué l’astringence des tanins d’un jeune vin de la Rioja.

Le tempo de la musique d’ambiance peut aussi avoir une influence sur la quantité d’alcool consommée. Une musique forte atténue quant à elle la sensation de chaleur causée par l’alcool. Ceci explique peut-être pourquoi certains bars font jouer de la musique si forte.

Finalement, la musique modifie aussi nos sensations. Le vin sera dit plus ou moins fruité, plus ou moins acide, selon le type de musique d’ambiance.

En conclusion, les psychologues affirment que la musique influence nos perceptions hédonistes, sensorielles, analytiques et même descriptives lors d’une activité de dégustation de vin.

« En résumé, il existe maintenant un large éventail de preuves à l’appui de la notion selon laquelle ce que nous entendons, que ce soit la musique ou le paysage sonore, peut avoir un impact sur les aspects hédonistes, descriptifs, analytiques et sensoriels de la dégustation. » Ils nuancent toutefois ces propos en disant que l’influence de la musique sur le goût varie d’une personne à l’autre.

Tout ceci est bien intéressant, et il faut ainsi être conscient que l’environnement nous influence énormément. La musique, comme le bruit, est un stimulus qui modifie nos émotions et transforme ainsi les perceptions des sensations des produits que nous consommons.

Alors, faites l’expérience. Accompagnez ces très beaux vins biologiques d’une musique douce ou entraînante et ayez du plaisir à partager avec vos parents et amis durant le prochain temps des fêtes.

Montirius, Vacqueyras, Le Village 2015

Un très beau vin frais, fruité et épicé. Très long en bouche. Agréable, sec. De la belle matière, assez ample, tanins fins. Délicieux. Encépagement grenache 80 % et syrah. Cinq hectares. Une sélection de parcelles de vignes jeunes de 10 à 35 ans. Vendanges manuelles. Levures naturelles. Élevage en cuve de ciment. Culture en biodynamie. Mise en bouteille en jours fruit ou fleur, lune descendante. Pas de sulfites ajoutés à la mise en bouteille. Une production de 20 000 bouteilles. Alc. 13 %. Sucre moins de 1,2 g/l. Probablement pour quelques années de cave.

872796   Prix : 22,95 $

Causse Marine, Gaillac blanc 2016

Un très bon vin blanc fait des cépages: loin de l’oeil 60%, mauzac 20%, ondenc 15% et muscadelle 5%. C’est riche, ample et savoureux sur des notes de pêches mûres. Bien glycériné. Très long en bouche et très agréable à boire. Alc. 12,5 %. Sucre 5,1 g/l.

860387   Prix : 24,55 $

Domaine de l’île Margaux Biologique 2015

Le mouvement biologique s’étend maintenant aux vins de Bordeaux. Sur les 680 vins de Bordeaux à la SAQ, 40 sont biologiques. C’est le cas aussi de ce classique au Québec, le Domaine de l’île Margaux qui est maintenant certifié biologique à partir de ce millésime 2015. C’est 14 hectares de vignes sur une île dans l’estuaire de la Garonne. En 1855, pour le classement des grands crus de Bordeaux, ces vignes faisaient partie de la propriété de Château Margaux. Ce 2015 s’ouvre sur de jolis arômes de petits fruits rouges. Les tanins souples lui donnent un granulé fin. Assez ample, fruité agréable, juteux, une touche vanillée en finale. Laisse une belle impression en bouche. Merlot 45 %; cabernet sauvignon 20 %; petit verdot 15 % et malbec 10 %. Élevage 12 mois en barriques dont 1/3 neuves. Une production de 80 000 bouteilles. Alc. 13 %. Sucre 2,2 g/l. En vente aussi dans plusieurs SAQ-Dépôt.

43125  Prix : 21,75 $