fbpx

Comment réparer les muscles après une blessure 

Par Guylaine Campion, ND et journaliste 

Récupérer d’une blessure n’est pas toujours une mince tâche. Entorses, foulures, déchirures, douleurs, toutes ces blessures peuvent nous causer bien des maux et nous ralentir dans nos activités quotidiennes. Cependant, en incluant de bons aliments, des vitamines et des minéraux au régime alimentaire, il est possible de soulager et d’accélérer la guérison. 

GRATUIT: abonnez-vous au magazine santé

La régénération des tissus mous 

Il y a tout un processus physiologique que le corps doit traverser pour se réparer et l’inflammation fait nécessairement partie de ce processus. Généralement, on peut dire qu’il se divise en trois parties :  l’inflammation, la prolifération et le remodelage. 

Dans un premier temps, l’inflammation consiste à une forte activité de substances inflammatoires dans la région touchée afin de se débarrasser des cellules que la blessure a endommagées ou détruites. L’inflammation est un mécanisme essentiel à la guérison.  

Toutefois, précisons qu’un degré excessif d’inflammation peut mener à une détérioration et même à la destruction des tissus. Voilà pourquoi il est important de surveiller l’évolution de la blessure et de voir si le problème devient chronique ou non.  

À cet effet, la griffe du diable, qui est utilisée traditionnellement pour soulager l’inflammation, a la capacité de l’inhiber en douceur.  

Après l’inflammation, on assiste à la prolifération, c’est-à-dire la deuxième phase de réparation.  Celle-ci consiste à la formation de tissu cicatriciel. En observant ce tissu cicatriciel, vous remarquerez qu’il se rétracte à mesure que la blessure guérit et du même coup, il réduit le site de la lésion. Il va sans dire que la cicatrisation est une étape importante de la guérison et il faut nécessairement prendre bien soin de la région affectée afin de préserver le tissu cicatriciel qui risquerait de causer des tiraillements et une sensibilité.  

Enfin, après la formation complétée du tissu cicatriciel, vient ensuite la phase de remodelage. Cette étape d’une importance capitale a pour but d’optimiser la mobilité et la flexibilité de la région qui a subi le traumatisme.   

La réparation des os 

La réparation des os se fait sensiblement comme la régénération tissulaire à la différence qu’elle se fait en quatre étapes : l’inflammation, la formation du cal mou (fibreux), la formation du cal dur (osseux) et le remodelage.  

Tout comme pour la réparation des tissus, la consolidation des os commence par une phase inflammatoire qui se caractérise par l’œdème des tissus qui entourent l’os fracturé. Cette phase dure environ quatre jours. 

Puis, la formation du cal mou commence après que l’inflammation, la douleur et l’enflure se sont résorbées en partie. On peut constater le raidissement de la région touchée pendant que se développent de nouvelles cellules osseuses. Puis, le cal dur se forme par-dessus le cal mou et les deux font le pont entre les fragments osseux. Ils renforcent la région touchée.  

Enfin, la consolidation de la fracture se termine par le remodelage de l’os afin d’éviter les déformations à la suite de la blessure. L’os va progressivement reprendre des propriétés mécaniques qui correspondent à un os normal.  

Le rôle des nutriments dans la réparation

Comme vous pouvez le constater, la réparation des os et des tissus mous est un processus fort complexe qui nécessite un apport important en énergie, en vitamines et minéraux.  

Une alimentation saine et équilibrée peut nettement contribuer à accélérer le processus de même que l’apport de certains éléments nutritifs qui y sont bénéfiques. 

Les protéines : un « must » dans le processus de réparation 

D’abord et avant tout, on ne peut passer sous silence la contribution importante des protéines au processus de réparation.  

Les protéines constituent le principal matériau des os, des muscles, du cartilage, de la peau et du sang.  C’est un incontournable en matière de réparation! Outre leur rôle dans le développement et à la réparation des tissus, elles servent aussi à la fabrication des enzymes, des hormones et d’autres substances biologiques. Elles sont donc nécessaires à la santé de nos muscles et de nos articulations.  

En fait, les protéines composent la majeure partie de nos tendons, et ligaments. Elles sont ni plus ni moins l’élément de base à la formation du collagène et de l’élastine : des substances essentielles à la réparation des lésions. En somme, les protéines contiennent des acides aminés qui sont des composants fondamentaux de toutes les structures de l’organisme.  

Précisons toutefois que le corps humain ne peut synthétiser certains de ces acides aminés et ceux-ci doivent nécessairement provenir de l’alimentation. En fait, les acides aminés aident à produire de nouvelles fibres musculaires.  

Parmi les aliments riches en protéines, on retrouve : le poulet, le quinoa, les lentilles, l’avoine, les amandes et le brocoli.  

Le magnésium : un effet relaxant sur les muscles 

Pour sa part, le magnésium procure un effet relaxant sur les muscles et sur le système nerveux. Il aide à lutter contre la fatigue. En fait, le magnésium est un minéral capital à la santé puisqu’il intervient dans plus de 300 processus chimiques du corps.  

Le magnésium est un précieux allié pour le soulagement des crampes musculaires étant donné qu’il joue un rôle de premier plan dans la contraction et la décontraction des muscles.  

Bien que l’alimentation fournisse facilement du magnésium, les carences sont tout de même courantes.  À long terme, un manque de magnésium peut fragiliser les os, car l’organisme a besoin de magnésium pour pouvoir bien utiliser le calcium, si important pour la santé osseuse.  

Le chocolat noir, les épinards, les bananes, les avocats, les figues et les graines de citrouille font partie des aliments riches en magnésium. 

La vitamine C : production de collagène et réparation des ligaments 

Lorsque l’on pense à la vitamine C, on fait souvent référence à ses vertus exceptionnelles pour stimuler le système immunitaire. Mais cette précieuse vitamine est aussi un élément-clé pour produire du collagène et réparer les ligaments. En fait, la vitamine C intervient directement dans le développement et la réparation de tous les tissus. De plus, elle est nécessaire à la guérison des plaies et à la réparation et au maintien des os et des dents.  

Étant donné qu’il s’agit d’une vitamine hydrosoluble, elle ne peut être synthétisée par le corps.  Cependant, on retrouve de la vitamine C dans plusieurs aliments, par exemple, dans les agrumes. 

Par ailleurs, la vitamine C aide à diminuer l’inflammation, à accélérer la récupération, à préserver la santé des os et du cartilage, mais aussi à prévenir les dommages internes causés par les radicaux libres.  

Les meilleures sources de vitamine C sont : les oranges, les kiwis, les fraises, la papaye, le chou kale et les poivrons. 

Les omégas-3 : fabrication de collagène et lutte contre l’inflammation 

Des recherches ont démontré qu’il y a un lien entre une augmentation d’un apport en omégas-3 et la réduction de l’inflammation. De plus, ces acides gras pourraient aussi contribuer à améliorer la santé des os et des articulations. Une consommation accrue d’omégas-3 aiderait, notamment, à renforcer la masse osseuse en augmentant la quantité de calcium dans les os, d’autant plus que le corps ne peut pas fabriquer ces acides gras. Il est donc nécessaire d’avoir recours à l’alimentation pour se les procurer.  

Voici d’ailleurs quelques aliments riches en omégas-3 : les graines de lin, le soja, les noix de Grenoble, le riz sauvage, les graines de chia et les poissons gras.  

Le zinc : réparation et guérison 

Le zinc est très précieux pour réparer et guérir les muscles. D’ailleurs, tous les tissus du corps humain contiennent du zinc.  

Parmi ses fonctions, le zinc favorise le métabolisme des protéines qui sont nécessaires à la reconstruction de la zone affectée. Il facilite aussi la cicatrisation des plaies et réduit l’inflammation. Il possède aussi un effet antioxydant qui lutte contre les radicaux libres responsables de la dégradation cellulaire.  

Parmi les aliments riches en zinc, on retrouve : les épinards, les champignons, les pois chiches, les noix de cajou et la poudre de cacao.  

L’Arnica Montana : pour les traumatismes

Indéniablement, l’Arnica Montana est un produit-clé à posséder dans sa pharmacie naturelle. Pourquoi?  Il s’agit d’un excellent remède naturel à utiliser à la suite de divers traumatismes : contusions, courbatures, entorses, chocs et ecchymoses.  

Ce produit se présente sous forme de crème à appliquer sur la région touchée, mais on peut aussi ajouter au traitement des granules homéopathiques pour un résultat plus rapide et efficace.  

Les femmes enceintes ou qui allaitent, les enfants, les personnes qui prennent des médicaments ou qui souffrent de maladies graves ou d’allergies devraient consulter un spécialiste en santé naturelle avant d’utiliser les plantes médicinales.  

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement. 

Laisser un commentaire