fbpx

Combattre les allergies aux animaux naturellement 

Par Guylaine Campion, ND et journaliste 

Selon un sondage Léger, commandé par l’Association des médecins vétérinaires du Québec effectué en septembre 2021, plus de la moitié des ménages, soit 52%, héberge un chat ou un chien et 10% des foyers québécois abritent à la fois un chat et un chien.  

Parmi ces Québécois amoureux des animaux domestiques, certains y sont malheureusement allergiques. 

Les chats sont beaucoup plus allergènes que les chiens. Ils sont responsables de plus de 30% des allergies aux animaux de compagnie et peuvent causer d’importants problèmes respiratoires.  

En fait, chat, chien, oiseau, cheval, lapin, hamster, tous les animaux au sang chaud peuvent potentiellement déclencher des symptômes d’allergies.  

GRATUIT: abonnez-vous au magazine santé

D’où provient l’allergie aux animaux de compagnie? 

L’allergie aux animaux de compagnie est de plus en plus fréquente. En fait, il s’agit d’une allergie aux phanères des animaux, que ce soit les poils, griffes, squames, plumes, écailles ou becs. En fait, les phanères sont recouverts de protéines allergisantes contenues dans la salive, la sueur, les urines et la séborrhée des animaux.  

Plusieurs espèces d’animaux peuvent provoquer des allergies. 

D’abord chez les animaux domestiques à poils, il y a, bien entendu, l’allergie au chat qui est déclenchée par une glycoprotéine naturellement présente dans ses glandes sébacées : la Fel d1. Celle-ci se retrouve dans les squames, la salive, l’urine et dans toutes les sécrétions du chat, c’est-à-dire ses larmes, son mucus, etc. Cette protéine se propage particulièrement lorsque le chat se lèche. Elle se retrouve alors sur son pelage et ensuite dans la poussière.   

L’allergie au chat est plus fréquente que celle au chien. On peut être allergique à la salive du chien et aux squames, c’est-à-dire à des morceaux de peaux mortes microscopiques qui sont incrustés dans ses poils.  

Par ailleurs, les allergies aux lapins et aux rongeurs tels que les hamsters sont puissantes et peuvent même provoquer de graves allergies. Les allergènes sont contenus dans les urines qui, séchées, émettent des protéines allergisantes que l’on respire dans l’air.  

Il existe également des allergies aux furets et aux chinchillas.  

Pour ce qui est des oiseaux, l’allergène est principalement contenu dans leurs excréments. Il est rare que les plumes des oiseaux soient allergisantes, toutefois, elles peuvent contenir des acariens qui, eux, sont allergisants.  

D’autre part, les allergies aux nouveaux animaux de compagnie sont de plus en plus fréquentes.  On pense ici aux arachnides (araignées, scorpions), aux reptiles (iguanes, serpents, tortues) et aux batraciens (grenouilles, crapauds).  

Saviez-vous que certaines personnes sont allergiques à leurs poissons d’aquarium? En fait, il s’agit plutôt d’une allergie aux moisissures que l’on retrouve dans les joints et meubles d’aquarium, ou bien une allergie à la nourriture des poissons par contact manuporté (des mains aux yeux ou à la bouche) ou aéroporté (dans les bronches).  

On peut aussi être allergique aux animaux de ferme tels que les vaches, les chèvres et les chevaux.  À noter que l’allergie aux chevaux peut être violente et provoquer de sévères crises d’asthme.  

Enfin, on peut aussi être allergique aux insectes. D’abord, une allergie peut se manifester à la suite d’une piqûre de puce, de tique ou de moustique.  

Pour ce qui est des abeilles, des guêpes et des frelons, l’allergène se retrouve dans leur venin. Dans ces cas, les réactions allergiques peuvent être très sévères et entraîner un choc anaphylactique.  

Enfin, il existe aussi des allergies aux blattes, dont les allergènes sont présents dans les excréments et les brisures de carapaces. 

Quels sont les symptômes? 

L’allergie à un animal peut se manifester de différentes façons, soit par :

  • Une toux;
  • Des éternuements;
  • Une rhinite allergique;
  • De l’asthme allergique;
  • Une conjonctivite allergique;
  • De l’eczéma;
  • De l’urticaire.

Le fait d’être exposé quotidiennement à l’allergène provoque des symptômes permanents, ce qui affaiblit l’organisme et cause de la fatigue. D’autres symptômes peuvent alors s’ajouter, par exemple :  un sommeil perturbé, une perte d’appétit, une altération du goût et de l’odorat, etc.

Dans 0,3 à 7,5% des cas, l’allergie peut être responsable d’une réaction grave telle qu’un choc anaphylactique (abeille, guêpe) ou une crise d’asthme aigu grave (cheval, hamster).  

Étonnamment, l’allergie aux animaux peut se manifester plusieurs mois et même, plusieurs années après le premier contact avec l’animal.  

Un allergologue pourra confirmer le diagnostic de l’allergie avec l’aide de tests cutanés et d’un interrogatoire détaillé.  

Comment prévenir les allergies aux animaux?

Si l’on ne veut pas se séparer de l’animal auquel on est allergique, il existe quelques mesures à adopter et des trucs qui peuvent améliorer la cohabitation entre la personne allergique et l’animal qui est la source d’allergènes. En voici quelques exemples :

  • Donnez un accès limité à l’animal dans la maison en lui interdisant, entre autres, le salon et la chambre à coucher; 
  • Lavez vos mains après avoir touché à l’animal. Ne portez pas vos mains à votre visage ni à vos yeux;
  • Laver l’animal régulièrement, soit une fois par semaine pour les chats et deux fois par semaine pour les chiens afin de réduire la quantité d’allergènes;
  • Brossez-le régulièrement et si possible à l’extérieur;
  • Lavez vos vêtements à une température élevée; 
  • Faire le ménage régulièrement dans la maison (aspirateur tous les jours); 
  • Munissez-vous d’un filtre à air HEPA;
  • Enlevez les tapis et les moquettes et changez-les pour des recouvrements de vinyle ou de bois.

Certaines races de chats et de chiens libèrent moins d’allergènes que d’autres. Mais il arrive parfois que l’animal déclenche, malgré tout, une réaction allergique chez les personnes plus sensibles. Il est donc préférable de passer quelques heures avec l’animal en question avant de l’adopter.  

Comment traiter l’allergie

Jusqu’à présent, du point de vue médical, la désensibilisation ou l’immunothérapie est le seul traitement qui peut combattre l’allergène puisque les antihistaminiques, eux, n’agissent que sur les symptômes.  

La désensibilisation consiste à administrer régulièrement et sur une longue période (plusieurs années), des extraits contenant des allergènes à la personne allergique.    

Mais avant d’entreprendre ce long processus, il est important de savoir que ce procédé ne fonctionne pas toujours, et les résultats peuvent être moins concluants pour une allergie au chat que pour une allergie au pollen.  

…naturellement? 

Certaines personnes peuvent éprouver des symptômes d’allergie en raison d’un mauvais fonctionnement du système immunitaire. Il est important de préciser, ici, que plusieurs facteurs peuvent nuire au système immunitaire, par exemple : le stress, la consommation de malbouffe, l’excès d’alcool et des carences nutritionnelles. 

Un système immunitaire fort pourra neutraliser efficacement les attaques de protéines qui sont responsables des réactions allergiques.  

Dans un premier temps, pour renforcer votre immunité, l’échinacée, prise sous forme de teinture mère, aidera votre système immunitaire à retrouver son fonctionnement optimal.  

Parmi les autres alliés naturels, il y a la quercétine, très efficace pour combattre les symptômes de la rhinite. Il s’agit d’un flavonoïde de source végétale qui inhibe la production d’histamine. La quercétine peut atténuer les réactions inflammatoires de la rhinite.  

Combiner la quercétine à de l’extrait de pépin de raisin peut être une avenue fort intéressante.  L’extrait de pépin de raisin est un antihistaminique naturel qui peut aider à réduire les symptômes d’allergies. Il inhibe la libération de prostaglandines qui peuvent amener de l’inflammation lors d’une réaction allergique.  

L’ortie est une plante très intéressante qui agit comme antihistaminique et qui apaise les symptômes. 

La vitamine C peut être suggérée pour le traitement des allergies respiratoires. 

Les oméga-3 aident l’organisme à se défendre contre les inflammations et peuvent donc atténuer les réactions inflammatoires associées aux allergies.  

Souvent, les personnes allergiques peuvent être carencées en manganèse ou en soufre : deux antiallergiques. Voici quelques aliments riches en manganèse : céréales complètes biologiques, légumes verts, légumineuses, noix, noisettes, myrtille, framboise, cassis, ananas et betterave. Par ailleurs, des aliments tels que les œufs, les poissons, le fromage, le germe de blé, les noix et l’ail pourront vous fournir du soufre. 

L’homéopathie est l’une des approches non conventionnelles les plus étudiées dans le traitement de la rhinite et des allergies. Il existe des allergologues homéopathes qui procèdent à une désensibilisation en profondeur. Il semble qu’une telle désensibilisation soit efficace. On utilise les mêmes produits que pour les désensibilisations classiques, mais sous forme de dilutions homéopathiques.  

L’acupuncture est une autre approche alternative intéressante pour contrer les symptômes des allergies.  

Les femmes enceintes ou qui allaitent, les enfants, les personnes qui prennent des médicaments ou qui souffrent de maladies graves ou d’allergies devraient consulter un spécialiste en santé naturelle avant d’utiliser les plantes médicinales.  

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement.  

Laisser un commentaire