Par Guylaine Campion, ND et journaliste

Prenez-vous du poids malgré une alimentation saine et équilibrée? Ou perdez-vous des kilos tout en mangeant à outrance, en multipliant gourmandises et excès alimentaires? La responsable pourrait bien être… votre glande thyroïde!

En effet, le déséquilibre de la thyroïde peut se manifester par une perte ou un gain de poids à première vue inexplicable!

UNE INFLUENCE MAJEURE 

Véritable chef d’orchestre du corps humain, la glande thyroïde joue un rôle majeur dans notre organisme. Cet organe en forme de papillon situé à la base du cou régule le métabolisme des cellules de notre corps. 

Au repos, l’organisme consomme de l’énergie pour maintenir en activité ses fonctions vitales telles que la circulation sanguine, la respiration, le fonctionnement du cerveau, la digestion, la combustion des graisses et le maintien de la température du corps. Il s’agit du métabolisme de base qui est contrôlé en partie par les hormones thyroïdiennes. En fait, la glande thyroïde détermine l’intensité de l’énergie qui fait fonctionner nos cellules et nos organes. Elle est donc responsable de leur « vitesse de croisière ».

Quand la thyroïde s’emballe dans sa production d’hormones, le corps accélère sa combustion d’énergie et, par le fait même, fait tourner plusieurs fonctions à grande vitesse. C’est l’hyperthyroïdie. En contrepartie, quand la glande thyroïde fonctionne au ralenti et qu’elle ne produit pas assez d’hormones, nous sommes en présence d’une hypothyroïdie. 

Les deux principales hormones sécrétées par la thyroïde sont la T3 et la T4. La quantité d’hormones produites est aussi sous le contrôle d’autres glandes situées dans le cerveau soit l’hypothalamus et l’hypophyse. L’hypothalamus commande à l’hypophyse de produire l’hormone TSH (Thyroid Stimulating Hormone). Puis, l’hormone TSH stimule la thyroïde afin qu’elle produise la T3 et la T4.  

À noter que l’on peut détecter une hypoactivité (hypothyroïdie) ou une hyperactivité (hyperthyroïdie) de la glande thyroïde par une prise de sang.  

GAIN DE POIDS ET HYPOTHYROÏDIE 

Généralement, les personnes les plus atteintes d’un problème d’hypothyroïdie sont des femmes âgées de plus de 50 ans. Une thyroïdite de Hashimoto peut en être la cause. Il s’agit d’une maladie auto-immune qui provoque la destruction de la glande thyroïde par le système immunitaire. 

Par ailleurs, un traitement à l’iode radioactif pour soigner une hyperthyroïdie ou une ablation de la glande thyroïde (nodule, tumeur, cancer de la glande) mène à une hypothyroïdie. D’autre part, une thyroïdite post-partum peut se déclencher quelques semaines ou quelques mois après un accouchement et provoquer une hypothyroïdie. 

Enfin, certains médicaments, une anomalie congénitale de la glande thyroïde, un mauvais fonctionnement de l’hypophyse et une infection bactérienne ou virale de la glande peuvent aussi mener à l’hypothyroïdie. Non traitée, l’hypothyroïdie peut avoir de lourdes conséquences à long terme. 

Parmi les symptômes, on retrouve : manque d’énergie, fatigue, frilosité, rythme cardiaque ralenti, irritabilité, crampes, raideurs musculaires, douleurs aux articulations, constipation, visage et yeux gonflés, peau pâle et sèche, cheveux secs, perte de cheveux, ongles cassants, voix enrouée, cycles menstruels irréguliers, confusion, brouillard mental, gain de poids malgré une alimentation équilibrée et parfois un goitre. 

MAIGREUR ET HYPERTHYROÏDIE

De son côté, l’hyperthyroïdie se caractérise par une production anormalement élevée d’hormones par la glande thyroïde et provoque une accélération du métabolisme. En d’autres mots, « le moteur fonctionne en mode accéléré ». 

Bien que cette maladie se déclare généralement chez des adultes âgés de 20 et 40 ans, l’hyperthyroïdie peut aussi survenir à n’importe quel âge que ce soit chez des enfants ou des personnes âgées. Mais comparativement à l’hypothyroïdie, cette maladie est moins fréquente.  

Plusieurs symptômes sont associés à l’hyperthyroïdie : rythme cardiaque rapide, palpitations, transpiration excessive, sensation de nervosité, sautes d’humeur, difficulté à s’endormir, tremblements, faiblesse musculaire, souffre court, changement dans le cycle menstruel, selles fréquentes, exophtalmie (yeux exorbités), apparition d’un goitre à la base du cou et une perte de poids, et ce, malgré un appétit accru.

La maladie de Basedow ou de Graves est l’une des principales causes de cette maladie. Il s’agit d’une maladie auto-immune où des anticorps stimulent de manière excessive la thyroïde à produire plus d’hormones. Des nodules thyroïdiens peuvent aussi en être la cause tout comme une thyroïdite ou la prise de certains médicaments.  

À long terme, une hyperthyroïdie non traitée augmente le risque de souffrir d’ostéoporose et de fibrillation auriculaire (type d’arythmie cardiaque). Par ailleurs, une hyperthyroïdie majeure peut entraîner de graves complications telles que de l’insuffisance cardiaque et même le coma.  

Si vous croyez avoir un problème de glande thyroïde, il faut d’abord consulter votre médecin et lui demander d’effectuer des analyses sanguines des hormones thyroïdiennes. Ces analyses détermineront si vous êtes en hypo ou en hyperthyroïdie. Dans les cas d’hypothyroïdie, le traitement conventionnel consiste à prendre des hormones de remplacement. De son côté, l’hyperthyroïdie est traitée avec des médicaments antithyroïdiens ou à l’iode radioactif, selon la gravité. En cas d’échec, l’ablation chirurgicale de la thyroïde peut être envisagée. 

PROBLÈMES DE THYROÏDE ET ALIMENTATION

Certains aliments sont dits « goitrogènes ». Pourquoi les appelle-t-on ainsi? Parce qu’ils peuvent éventuellement causer un goitre. Ces aliments consommés en trop grande quantité inhibent la captation de l’iode par la glande thyroïde et empêche la fabrication normale des hormones thyroïdiennes. 

Les aliments goitrogènes sont : les crucifères (chou de Bruxelles, chou, chou-fleur, chou frisé, chou kale, brocoli, rutabaga, radis, raifort, etc.), les patates douces, les épinards, les graines de soya, les arachides, le manioc, le millet, les pêches et les fraises.  

Dans les pays industrialisés, l’alimentation est variée, et nous devons moins faire face à l’effet des aliments goitrogènes sur notre santé. Mais dans certaines régions d’Afrique où le manioc, par exemple, est un aliment de base, le goitre causé par une carence en iode est plus problématique. 

Attention si votre thyroïde a tendance à s’emballer! Il vous faut éliminer la caféine, le thé, les boissons énergisantes, les boissons gazeuses et le chocolat qui peuvent aggraver votre problème. 

Pour fonctionner de manière optimale, produire des hormones thyroïdiennes en quantité suffisante et répondre aux besoins de l’organisme, la thyroïde a besoin d’oligo-éléments et particulièrement de l’iode, du sélénium et du zinc. Une carence en l’un ou l’autre de ces oligo-éléments peut ralentir le fonctionnement de la glande thyroïde. Une alimentation saine et variée fournit tous ces oligo-éléments. Par ailleurs, la carence en iode est plutôt rare dans les pays industrialisés en raison de l’usage du sel de table iodé.  

Pour fonctionner adéquatement, la glande thyroïde a aussi besoin de minéraux, de vitamines du groupe B, de vitamine E et de l’acide aminé L-Tyrosine. 

D’autre part, certains facteurs peuvent nuire au bon fonctionnement de la glande thyroïde. Par exemple, le stress qui tend à affaiblir la fonction immunitaire de même que le tabac qui produit des effets toxiques sur la thyroïde. On dit aussi qu’une grande quantité de toxines environnementales et de pesticides contribueraient à affaiblir la glande thyroïde. Enfin, plusieurs associent les problèmes de thyroïde à la consommation de gluten.

En terminant, si vous mangez comme un oiseau et avez peine à perdre du poids ou au contraire, si vous vous gavez à outrance tout en continuant à maigrir, il serait bon d’en parler à votre médecin. Votre problème de poids pourrait bien dépendre d’une glande thyroïde déséquilibrée.

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement.