Les plaisirs de boire son thé en pleine conscience

Par Marie-Christine Trépanier, journaliste

En plein cœur de l’hiver, le temps est tout à fait approprié pour boire une bonne tasse de thé au coin du feu.  Installé bien au chaud dans votre fauteuil préféré, pourquoi ne pas transformer ce moment de relaxation en un rituel « pleine conscience »? 

TRANSFORMER LA TRADITIONNELLE CÉRÉMONIE DU THÉ

Au Japon, la cérémonie du thé est un art où la dégustation offre toute une dimension spirituelle. Ici au Québec, nous pouvons nous aussi nous inspirer de cette tradition d’inspiration « zen » pour la transformer en un rituel « pleine conscience ». 

On nous parle souvent de manger en pleine conscience, d’être à l’écoute de nos sens et de faire confiance aux messages que notre corps nous envoie. Mais il est tout aussi bénéfique de boire en pleine conscience. Si, pour les bouddhistes, chaque bouchée est une occasion de vivre le moment présent, il en est de même pour chaque gorgée de thé que l’on boit. 

La « pleine conscience » nous invite à nous reconnecter au moment présent en étant entièrement attentifs à notre corps et à nos sensations. 

LES PLAISIRS DE MÉDITER EN PRENANT SON THÉ

Boire son thé est un moment privilégié pour prendre le temps de s’arrêter et s’accorder une pause juste pour soi-même. En associant la dégustation du thé avec la méditation, une simple habitude se transforme en une expérience sensorielle où le plaisir réside sur le fait de ressentir pleinement tous les bienfaits que procure notre thé à notre organisme. 

Prendre son thé en pleine conscience redonne encore plus de splendeur et de magnificence à notre dégustation. Le rituel du thé devient un moment unique de reconnexion à soi. Il suffit d’éveiller ses sens avant, pendant et après la dégustation. On observe la tasse, sa forme, ses lignes, ses motifs, le choix du thé, sa couleur, on le savoure avec nos yeux et on hume son parfum pour exciter nos papilles gustatives, puis on le déguste en portant attention à son goût, sa chaleur, etc. On devient totalement présent dans l’« ici et maintenant ».  

Peu importe le moment de la journée, boire son thé en pleine conscience est tout aussi bienfaisant le matin au déjeuner, à l’heure du dîner, à la pause de l’après-midi ou en revenant du travail.  

L’HISTOIRE DU THÉ À TRAVERS LE TEMPS

Le théier provient de régions montagneuses entre la Chine et l’Inde. Le thé fut d’abord consommé par les moines bouddhistes pendant leurs longues séances de méditation afin de les maintenir éveillés.  

Plusieurs légendes entourent la découverte du thé. L’une d’entre elles l’attribue à un moine qui, pour ne pas dormir durant la méditation, se serait coupé les paupières et les aurait jetées au sol d’où serait né le théier. Une autre légende raconte qu’il y a près de 5000 ans, pendant que l’empereur Shen Nong se reposait en buvant une tasse d’eau chaude, une feuille de théier sauvage serait tombée dans sa tasse et il aurait aimé son goût.  

Puis, autour du 3e siècle, les écrits chinois révèlent que le thé a remplacé le vin à la table chinoise sur une base quotidienne. Autour du 8e ou 9e siècle, un moine bouddhiste a introduit le thé au Japon et recommandé son utilisation afin de favoriser la méditation. Et, c’est un jésuite portugais qui l’aurait importé en Europe en 1560.

En Angleterre, l’incontournable « Afternoon tea » est un moment aux allures royales! Cette tradition typiquement anglaise se déroule entre le dîner et le souper, souvent entre 15h et 17h. On y déguste alors le thé avec de succulentes petites bouchées, gourmandises, scones, pâtisseries et fraises servies dans de jolis plats.  

De nos jours, le thé est la boisson non alcoolisée la plus populaire dans le monde après l’eau.  

NOIR, VERT, ROUGE OU BLANC : DES VERTUS POUR CHACUNE DES COULEURS

On pourrait croire que seul le thé vert est bon pour la santé. Et pourtant, chaque couleur de thé possède ses vertus thérapeutiques. Les feuilles de thé sont riches en antioxydants, et c’est le moment de la cueillette et la transformation qui déterminent son goût et ses effets sur notre santé. Par exemple, le thé est vert quand il est peu oxydé, mais il vire au noir lorsqu’on prolonge la fermentation.  

On obtient le thé vert en passant les feuilles de théier à la vapeur immédiatement après la récolte. Il est tout indiqué pour protéger l’organisme contre le stress oxydatif et prévenir le vieillissement cellulaire. Le thé vert possède aussi des propriétés diurétiques. Il accélère la combustion des gras et déloge la cellulite.  

De son côté, le thé noir résulte d’une technique de séchage et de fermentation des feuilles. Cette opération lui donne un arôme prononcé, cependant, elle détruit un certain pourcentage d’antioxydants et de vitamine C. Malgré tout, le thé noir procure certains bienfaits sur le système cardiovasculaire. Notamment, il aurait la propriété de diminuer la tension artérielle et le risque d’infarctus du myocarde. De plus, les flavonoïdes contenus dans le thé noir contribueraient à stopper la progression de l’ostéoporose chez les femmes.  

Pour sa part, le thé blanc est le résultat d’une production bien particulière. En effet, les bourgeons encore fermés du théier sont récoltés, flétris et séchés longuement à l’air libre, ce qui donne au thé blanc un goût parfumé et très délicat. Comme ses bourgeons et ses fines pointes ne sont cueillis que quelques jours par année, il est l’un des thés les plus dispendieux au monde. Riche en polyphénols, le thé blanc aurait un grand pouvoir antibactérien et antiviral, hautement supérieur à celui du thé vert.  

Enfin, le thé rouge, que l’on appelle aussi « rooibos », provient d’un arbuste de la famille des acacias du nom de « buisson rougeâtre » qui pousse dans le climat semi-aride et montagneux de la région du Cap en Afrique du Sud. Il ne provient donc pas du théier. Il y a plus de 300 ans, les populations indigènes des montagnes du nord de la ville du Cap cueillaient les parties aériennes du rooibos sauvage et les faisaient fermenter dans le but d’obtenir une infusion de couleur rouge au goût fruité et sucré.  

Au fil du temps, le thé rouge a gagné en popularité du fait qu’il ne contient ni caféine ni théine. Les enfants peuvent donc eux aussi le déguster. Riche en antioxydants, le thé rouge aide à fixer le fer. Il soulage les troubles digestifs et favorise le sommeil. Le thé rouge peut être bu chaud ou froid, selon la saison. Pour vous offrir une petite douceur, vous pouvez y ajouter de la cannelle et un peu de miel et le savourer… en pleine conscience!

Précédent

Suivant

Pin It on Pinterest

Share This