Par Guylaine Campion, ND et journaliste

Avez-vous parfois l’impression que vous ressemblez à Blanche-Neige avec ses petites joues rouges? Rappelez-vous : avec sa peau couleur de neige, la belle princesse de conte de fées avait toujours des petites rougeurs sur la peau de son visage.  

La rosacée et la couperose affectent de 3 à 10% de la population adulte canadienne. Les personnes âgées entre 30 et 50 ans ayant le teint et les yeux clairs y sont particulièrement vulnérables.  

Cependant, si ces deux problèmes de peau se ressemblent, causant tous les deux une rougeur chronique au visage, ils présentent, toutefois, une différence.  

Comment les différencier? Comment réduire leur apparence et améliorer le confort de la peau?

ROSACÉE OU COUPEROSE?

D’abord, la rosacée se manifeste par poussées et de manières différentes d’une fois à l’autre. Parfois, la rougeur s’accompagne d’un épaississement cutané ou d’élévation de la peau rappelant l’acné. La peau est sèche et sensible. 

Cette affection s’aggrave au fil du temps surtout si elle n’est pas traitée. Les symptômes peuvent évoluer de manière cyclique, alternant les périodes d’aggravation et de rémission. 

De son côté, la couperose est une forme de rosacée qui apparaît lorsque des petits vaisseaux sanguins sur les joues, le nez, le front ou le menton, se dilatent et perdent leur élasticité. La couperose cause alors des rougeurs permanentes associées parfois à des sensations de brûlure, d’échauffement ou de picotement.  

Les causes demeurent inconnues, bien que selon certaines recherches, la rosacée pourrait être attribuée à un dérèglement du système immunitaire au niveau de la peau, une hyperréactivité des vaisseaux sanguins du visage, des microorganismes tels que des bactéries ou des acariens ou une réaction anormale de la peau au soleil.  

Qu’il s’agisse de rosacée ou de couperose, dans les deux cas, plusieurs facteurs peuvent déclencher ou aggraver les symptômes : variations de température, exposition au soleil, stress, consommation d’aliments épicés, d’aliments très chauds, d’alcool ou de tabac et prise de corticoïdes (cortisone), grossesse. 

DES SOINS DE LA PEAU APPROPRIÉS 

Étant donné que la rosacée et la couperose peuvent rendre la peau encore plus sensible, il faut éviter les formules de soins abrasives telles que les lotions ou crèmes gommantes.  

Pour nettoyer sa peau, on choisit un produit non parfumé, sans alcool ou savon qu’on applique en douceur sans frotter. Une formule sans rinçage peut être un bon choix étant donné que le calcaire de l’eau du robinet peut irriter la peau sensible.  

L’utilisation d’une eau thermale riche en minéraux et en oligo-éléments aide la peau à se régénérer tout en la rendant plus douce et plus souple. Une vaporisation légère après le nettoyage permet de maximiser l’hydratation. Durant le jour, vous pouvez également avoir sous la main un brumisateur. Quelques jets durant la journée soulageront l’effet de tiraillement, d’inconfort de même que l’inflammation. 

Dans la gamme de soins, il est impératif d’utiliser matin et soir une bonne crème hydratante, car la rosacée peut assécher la peau. On choisit des crèmes ou des lotions non irritantes à base d’eau qui hydratent bien et préviennent la dilatation des vaisseaux sanguins. Certaines marques de cosmétiques ont des produits spécialement formulés pour les peaux atteintes de rosacée ou de couperose. Ces produits protecteurs et hydratants stimulent la microcirculation et atténuent les rougeurs.  

Appliqué au moins une fois par semaine, un masque d’argile peut vous aider à combattre la couperose.  Riche en sels minéraux, il possède des vertus antiseptiques, cicatrisantes et anti-inflammatoires. Le masque d’argile contribue à lutter contre les rougeurs tout en activant la microcirculation des vaisseaux sanguins.   

Par ailleurs, notez que l’huile de rose musquée réduit les risques de couperose et diminue les rougeurs.  

L’HAMAMÉLIS, LA VIGNE ROUGE ET LE SÉLÉNIUM : DES ALLIÉS DE TAILLE

L’hamamélis de Virginie est sans contredit une alliée de taille dans les cas de rosacée et de couperose puisqu’elle agit au niveau des capillaires sanguins. Riche en flavonoïdes, ces derniers optimisent la résistance des capillaires sanguins et réduisent leur perméabilité. Ainsi, les rougeurs tendent à s’estomper.  

En usage externe, on peut appliquer directement sur les zones touchées l’eau florale d’hamamélis à l’aide d’une compresse imbibée deux à quatre fois par jour.  

Pour sa part, la vigne rouge est un tonique veineux et capillaire tout indiqué dans les cas de couperose.

De son côté, le sélénium est un antioxydant qui fortifie le système immunitaire. Par surcroît, il réduit les effets du tabac, de l’alcool et de la pollution; des facteurs qui déclenchent ou aggravent les symptômes. Il peut être de bon recours dans les cas de couperose. On retrouve le sélénium dans les céréales complètes, l’oignon, le brocoli, la tomate, l’ananas et les noix du Brésil. 

UNE SAINE ALIMENTATION

Il va sans dire qu’une saine alimentation peut grandement aider à atténuer les effets de la rosacée et de la couperose. Éliminez les sucres et les aliments gras et évitez les charcuteries, le café, le chocolat et l’alcool. Assurez-vous d’éliminer les toxines et de bien nettoyer votre foie.  

En terminant, ajoutons que derrière la rosacée et la couperose peut se cacher sur le plan émotionnel une colère, une frustration d’avoir l’impression que personne ne nous écoute, de ne pas avoir la reconnaissance des autres. C’est se critiquer et se couper des autres. L’important est de se réconcilier avec soi-même, se faire davantage confiance et s’apprécier tel que l’on est.   

Les femmes enceintes ou qui allaitent, les enfants, les personnes qui prennent des médicaments ou qui souffrent de maladies graves ou d’allergies devraient consulter un spécialiste en santé naturelle avant d’utiliser les plantes médicinales.  

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement.