Par Guylaine Campion, ND et journaliste

À l’instar de la cataracte et de la dégénérescence maculaire (DMLA), le glaucome est un autre trouble de la vision lié à l’âge. Le glaucome est une maladie de l’œil qui provoque une diminution du champ de vision. En fait, cette maladie est la conséquence de dommages au nerf optique. En premier lieu, c’est la vision périphérique qui est touchée, mais si la personne qui en souffre ne reçoit pas de traitement, c’est la cécité qui la guette.  

Chez les Canadiens, 1% des personnes âgées de plus de 40 ans souffrent de glaucome alors que le pourcentage augmente à 5% chez les plus de 70 ans et à 10% chez les plus de 80 ans. Toutefois, la maladie peut se manifester à tout âge. 

D’OÙ VIENT LE GLAUCOME?

Souvent, le glaucome provient d’une élévation de la pression intraoculaire, c’est-à-dire la pression à l’intérieur de l’œil. Cependant, on a observé que chez près d’une personne sur trois, les symptômes du glaucome peuvent apparaître même si la pression de l’œil est normale. Un moins bon apport sanguin vers le nerf optique, causé par de l’athérosclérose dans les vaisseaux qui irriguent celui-ci, pourrait être la cause. Peu importe si la pression intraoculaire est élevée ou non, le traitement reste le même.  

L’hérédité est le principal facteur de risque. Ajoutons que le glaucome peut aussi être associé à un problème oculaire bien précis comme : 

  • Un traumatisme de l’œil;
  • Un autre problème de la vue : cataracte, forte myopie ou uvéite chronique;
  • Certaines maladies : diabète, hypertension, troubles cardiovasculaires, hypothyroïdie non contrôlée.

La prise de certains médicaments peut aussi augmenter le risque de souffrir de glaucome, par exemple, les corticostéroïdes pris sous forme de gouttes oculaires ou par voie orale. Toutefois, les corticoïdes sous forme de pompe pour les cas d’asthme ou en crème ou onguent pour traiter l’eczéma n’ont pas d’effet sur le glaucome.  

Il est important de consulter régulièrement un optométriste ou un ophtalmologiste afin de prévenir toute affection oculaire. En effet, plus la hausse de pression intraoculaire est détectée tôt, plus on minimise les pertes de capacités visuelles.  

Par surcroît, il est impératif de consulter dès que vous ressentez une douleur importante à l’œil à laquelle s’ajoute une baisse rapide de la vision. Parmi les symptômes du glaucome, on retrouve, entre autres : une vue périphérique embrouillée, des douleurs oculaires, des maux de tête et la cécité à un stade avancé.  

COMMENT PRÉVENIR LE GLAUCOME?

Il existe des mesures préventives à prendre pour ne pas développer un glaucome et particulièrement, si vous êtes à risque (âge, antécédents familiaux, diabète, etc.).  En voici quelques-unes : 

  • Subir un examen complet de la vue tous les ans à partir de 40 ans;
  • Maintenir un poids santé et une pression artérielle normale;
  • Avoir une alimentation riche en fruits et légumes; 
  • Protéger les yeux du soleil et des rayons UV avec des lunettes offrant une protection à 100%;
  • Éviter les situations de stress et d’anxiété;
  • Protéger les yeux avec des lunettes protectrices durant la pratique d’activités à risques : squash, sport de vitesse, etc.

Tout comme pour la prévention de la cataracte et de la dégénérescence maculaire liée à l’âge, le bleuet (myrtille) est tout indiqué. En effet, le bleuet permet aussi de prévenir et soulager les symptômes du glaucome.    

Un supplément de chrome ou des aliments riches en chrome (levure de bière, céréales complètes biologiques, thym, poivron rouge, champignons) peuvent aider à prévenir le glaucome.  

Par ailleurs, selon quelques recherches préliminaires, l’acide alpha-lipoïque, le ginkgo biloba et la vitamine C en suppléments pourraient avoir des effets bénéfiques sur les symptômes du glaucome.  

Les femmes enceintes ou qui allaitent, les enfants, les personnes qui prennent des médicaments ou qui souffrent de maladies graves ou d’allergies devraient consulter un spécialiste en santé naturelle avant d’utiliser les plantes médicinales.  

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils d’un ophtalmologiste ou d’un optométriste, un diagnostic ou un traitement.