Par Guylaine Campion, ND et journaliste

Longtemps mis de côté, le chou kale a effectué un grand retour dans notre assiette il y a quelques années. Consommé au temps des Romains, il s’est imposé au Moyen-Âge pour ensuite voyager au 17e siècle jusqu’en Amérique du Nord grâce aux Anglais. Cette ancienne variété de chou vert, composé de grandes feuilles frisées, n’était plus consommée depuis plusieurs décennies. Mais depuis quelques années, il a la cote, et ce, en dépit de son goût. Il s’invite à toutes les tables, dont celles des fins gastronomes qui recherchent d’abord et avant tout la santé dans leur assiette.

On peut dire qu’aujourd’hui, ce chou vert frisé fait assurément partie de la catégorie des « superaliments ».

UN BOUQUET DE VITAMINES, MINÉRAUX ET ANTIOXYDANTS

Riche en nutriments essentiels au maintien de notre santé, et ce, de manière exceptionnelle, le chou kale nous permet de combler les besoins quotidiens en plusieurs vitamines et minéraux, mais également en fibres. Par surcroît, il possède un apport en antioxydants considérable. En outre, il est riche en vitamines A, C et K de même qu’en potassium.

En fait, une portion de 100 g de chou kale fournit de 80 à 110% des besoins en vitamine A de la journée. On connaît l’importance de cette vitamine notamment pour la santé des yeux, mais aussi pour la croissance des os, la reproduction, la régulation du système immunitaire, la santé de la peau et des muqueuses et l’absorption du fer.

Par ailleurs, le chou kale est riche en vitamine C qui aide à la cicatrisation des plaies, maintient une belle peau, protège les cellules contre le vieillissement prématuré causé par les radicaux libres et facilite les fonctions immunitaires, en plus d’agir comme antioxydant. Elle favorise également l’absorption du fer. En consommant 100 g de chou kale, on peut combler 150% de nos besoins quotidiens en vitamine C.

D’autre part, sa richesse en vitamine K est considérable puisque 100 g de chou kale en fournit 817 µg alors que les besoins quotidiens varient entre 90 et 120 µg. Ce légume est aussi riche en flavonoïdes, des antioxydants ayant un fort potentiel, dont la puissante quercétine, et en minéraux (potassium, calcium, fer), fibres, protéines, lutéine, zéaxanthine et oméga 3. Le chou kale est un légume très alcalinisant, ce qui permet de réguler le taux d’acidité dans l’organisme. Il est aussi un allié minceur puisqu’il n’apporte que 50 calories sur 100 g.

COMMENT CHOISIR SON CHOU KALE?

En général, le chou kale est vendu sous forme de botte. Il est important de choisir un chou ayant des feuilles fermes sans taches ni meurtrissures. Il peut se conserver au réfrigérateur jusqu’à deux semaines dans la partie la plus froide, mais en l’ayant d’abord bien lavé à l’eau et asséché ses feuilles.

Le chou kale se consomme cru ou cuit. À noter que ses feuilles internes sont plus tendres et ont moins de goût alors que ses feuilles externes sont plus fibreuses et possèdent un goût plus prononcé. Consommées crues, les feuilles de chou kale peuvent être ajoutées aux salades. Elles peuvent aussi être intégrées dans les smoothies. Le chou kale se marie très bien à la mangue, l’ananas, les agrumes, l’avocat et le sésame. Cuites à la vapeur ou sautées dans de l’huile d’olive, ses feuilles peuvent être ajoutées à des pâtes, soupes, sautés et omelettes. On peut même les consommer sous forme de croustilles. Elles sont délicieuses!

Il est important d’acheter le chou kale en version biologique puisque ses feuilles captent les pesticides.  Cependant, cultiver des choux biologiques s’avère être tout un défi pour les cultivateurs étant donné que ce légume a tendance à attirer les chenilles, pucerons, limaces, etc. Mais on dit tout de même que le chou kale est l’un des plus résistants aux ravageurs. Voilà pourquoi plusieurs préfèrent le cultiver eux-mêmes dans leur propre jardin.

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement.