Par Guylaine Campion, ND et journaliste

Pour le Pr Valter Longo, spécialiste du vieillissement, le mot « longévité » signifie « atteindre l’âge de 110 ans en bonne santé » ! Un objectif considérable, mais possible selon ce gérontologue italien!

Après avoir passé les 30 dernières années à faire des recherches sur le sujet, le Pr Longo a mis au point une nouvelle stratégie alimentaire pour régénérer et rajeunir l’organisme, combattre les maladies et atteindre un poids idéal. Pour ce faire, il a étudié le régime alimentaire des habitants des « zones bleues » qui bénéficient d’une santé remarquable et d’une longévité record. Il est l’auteur du livre : « Manger jeune, vivre vieux :  le régime de longévité ».

LES RECHERCHES DU PR VALTER LONGO

Le Pr Valter Longo est l’une des sommités scientifiques mondiales dans le domaine de la longévité et du jeûne.  Sa feuille de route est impressionnante. Il dirige l’Institut de la longévité de l’Université de la Californie du Sud à Los Angeles où il est également professeur de gérontologie et de biologie. Depuis 2014, il dirige aussi le Programme oncologie et longévité de l’Institut Firc d’oncologie moléculaire à Milan. Il est l’auteur de plusieurs articles parus dans des revues scientifiques.  

Spécialisé dans la recherche des mécanismes cellulaires et génétiques du vieillissement, le Pr Valter Longo s’est fait connaître pour ses travaux sur le jeûne, constatant ses effets bénéfiques dans le traitement du cancer : le jeûne limiterait de manière considérable les effets secondaires de la chimiothérapie et permettrait de relancer la production de cellules souches.  

Pendant 30 années de recherche, Valter Longo a observé les liens entre la nutrition, les gènes, le vieillissement et les maladies, lui permettant de développer une stratégie unique pour vieillir en bonne santé. Pour ce faire, il a accompagné des centenaires à travers le monde qui avaient conservé une bonne mémoire et qui jouissaient d’une bonne santé.  

Le secret de ses recherches : adopter au quotidien son régime de longévité et pratiquer trois à quatre fois par année une « Fasting-Mimicking Diet » (FMD), c’est-à-dire une diète qui imite les effets du jeûne, durant 5 jours.  Grâce à la FMD, il est possible, selon lui, de tirer tous les bénéfices du jeûne sans en subir les inconvénients (faim, manque d’énergie, difficulté à s’endormir, etc.).

SON SECRET DE LA JEUNESSE ÉTERNELLE

Selon le Pr Valter Longo, le secret de la longévité pour vivre 30 ans de plus en bonne santé, consiste à manger moins de protéines, mais plus de légumes, de céréales et de bons gras tout en observant quelques jours de jeûne par année. Sa diète repose principalement sur la réduction considérable de l’apport en protéines. Le Pr Longo suggère de bannir complètement les protéines animales qui, selon lui, sont trop riches en gras saturés.  Donc, on oublie les viandes, les charcuteries, les fromages et on limite le lait et les œufs. En fait, il propose de manger de la viande rouge seulement quelques fois dans l’année. En contrepartie, les poissons et les fruits de mer sont grandement recommandés.

Par ailleurs, il suggère d’opter pour la diversité en mélangeant les légumes, les céréales, les fruits secs et l’huile d’olive (jusqu’à 3 cuillerées à soupe par jour). Il conseille aussi d’observer une pause maximum de 12 heures entre le premier et le dernier repas de la journée avant une période de 12 heures de jeûne.  

TROIS À QUATRE PÉRIODES DE JEÛNE ANNUELLEMENT

Enfin, le spécialiste en gérontologie recommande trois à quatre périodes de jeûne par année et durant 5 jours un « Fasting-mimicking diet », c’est-à-dire un régime qui imite les effets du jeûne, mais tout en continuant à manger certains aliments comme des potages, des barres de céréales et des thés d’herbes.  

Selon ses recherches, un tel régime active la production de cellules souches et régénère les organes tout en limitant l’apparition de maladies cardiovasculaires et en réduisant les risques de diabète ou de cancer.

Toutefois, le gérontologue précise que ce régime s’adresse à des personnes dans la fleur de l’âge. En d’autres mots, au-delà de 65 ans, il faut légèrement augmenter son apport en protéines pour ne pas perdre de masse musculaire. Il ajoute qu’avant d’adopter son régime de longévité, il est nécessaire de s’adresser à son médecin généraliste ou un nutritionniste.  

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement.