Par Guylaine Campion, ND et journaliste

L’herpès labial, mieux connu sous les noms familiers de « feux sauvages » ou « boutons de fièvre », peut devenir vraiment incommodant pour ceux et celles qui en souffrent. Heureusement, il existe des moyens naturels pour mieux contrôler ces petites vésicules douloureuses qui apparaissent autour et sur les lèvres.  

QU’EST-CE QUE L’HERPÈS LABIAL?

L’herpès labial est une infection causée par le virus de l’herpès simplex de type 1 (VHS-1). Notons que le virus de l’herpès simplex de type 2 (VHS-2) est associé à l’herpès génital. L’herpès labial est une affection bénigne, souvent récurrente, dont les symptômes disparaissent d’eux-mêmes en 7 à 10 jours en moyenne.  

L’infection au VHS-1 est très répandue, et selon la région du globe, de 50% à 90% de la population aurait été infectée par ce virus. La majorité des personnes infectées n’auront jamais de symptômes, c’est-à-dire pas de vésicules apparentes. Le virus est dans l’organisme, mais demeure inactif.  

La première infection survient habituellement avant l’âge de 20 ans. Une fois infecté, le virus persiste toute la vie dans l’organisme sans causer toutefois de symptômes permanents. Pour diverses raisons, que ce soit la fatigue, la fièvre ou l’exposition au soleil, le virus se réveille et déclenche l’apparition d’un bouton. La fréquence de ces poussées d’herpès est très variable d’une personne à l’autre.  

UN VIRUS TRÈS CONTAGIEUX

L’herpès labial est très contagieux pour les personnes qui n’ont jamais été infectées par le virus et particulièrement celles qui ont un système immunitaire faible. La transmission du virus se fait par contact direct avec les vésicules ou avec des objets contaminés, par exemple des ustensiles ou des serviettes. Les lésions sont contagieuses tant qu’elles ne se sont pas complètement asséchées.

Les baisers de même que les contacts sexuels oraux et génitaux sont les principales voies de transmission. Parmi les symptômes, il y a picotement, démangeaisons, sensation de brûlure, gonflement ou engourdissement sur le bord des lèvres. Un malaise (fatigue, fièvre) peut survenir, et quelques heures ou une journée plus tard, un ensemble de petites vésicules rouges et douloureuses apparaissent.

Il est à noter que si les lésions persistent après deux semaines, s’il y a fièvre, des symptômes intenses, de récidives fréquentes, en cas de maladie qui affecte le système immunitaire et si les yeux deviennent sensibles à la lumière, il est important de consulter un médecin.  

LA LYSINE : UN INCONTOURNABLE

La lysine est un acide aminé qui, pris en prévention, peut contribuer à diminuer la récurrence et la gravité des crises d’herpès labial et accélérer la guérison.  

D’après des données en laboratoire et quelques études chez des personnes atteintes (mais uniquement d’herpès labial), la lysine aurait une activité antivirale. Elle agirait en inhibant le métabolisme de l’arginine, un autre acide aminé qui, lui, serait important pour la multiplication du virus.  

À noter que la lysine est considérée comme un nutriment essentiel, car l’organisme ne peut la fabriquer et doit donc aller la chercher dans les aliments. La viande, le poisson, les œufs et les produits laitiers sont très riches en lysine. On trouve aussi de la lysine dans le maïs, le germe de blé les légumineuses, la levure de bière et la choucroute.  

En contrepartie, il faut éviter les aliments riches en arginine et pauvres en lysine tels que le chocolat, les noix et les graines de sésame, pour ne pas atténuer l’effet bénéfique de la lysine. Il est possible également de prendre la lysine sous forme de suppléments.

QUELQUES TRUCS NATURELS À ESSAYER

Il existe d’autres moyens naturels pour lutter contre ce virus et éviter les récidives. Par exemple, la mélisse est une plante qui inhibe le virus de l’herpès. Vous pouvez boire de la tisane à la mélisse ou appliquer l’infusion sur les lésions. Le zinc en usage topique appliqué dès les premiers symptômes peut accélérer la guérison des poussées d’herpès labial.

L’application topique d’huile de vitamine E sur les lésions diminue l’inconfort et favorise la cicatrisation. On peut aussi appliquer localement de la teinture-mère de calendula sur les lésions. À noter que l’alcool, les aliments raffinés, le sucre et la caféine encouragent les poussées d’herpès, il faut donc en limiter la consommation.

LES PRÉCIEUSES HUILES ESSENTIELLES
Parmi les huiles essentielles, plusieurs peuvent donner de bons résultats dans le traitement de l’herpès labial.  

Par exemple, l’huile essentielle de l’arbre de théier (tea tree oil), un indispensable de la trousse de pharmacie naturelle, est antiseptique, désinfectante, bactéricide, fongicide et antivirale. Elle est tout indiquée dans les cas d’herpès labial. Vous pouvez appliquer quelques gouttes que vous aurez préalablement mélangées avec de l’huile d’amande douce. L’huile essentielle de citron, antiseptique, antivirale et calmante, fait aussi preuve d’efficacité. Vous pouvez appliquer quelques gouttes sur les boutons.

Quelques gouttes pures de l’huile essentielle de lavande aspic peuvent aussi être appliquées directement sur les lésions jusqu’à 8 fois par jour. L’huile essentielle de thym à linalol est antivirale, antibactérienne, anti-infectieuse, fongicide et renforce l’immunité.  Elle est de bon recours dans les cas d’infections difficiles, résistantes et récidivantes.

Enfin, les huiles essentielles de niaouli et de ravintsara sont deux trésors de Madagascar reconnues pour leurs vertus anti-herpès. Vous pouvez appliquer une goutte sur les lèvres dès les premiers picotements.  

L’HOMÉOPATHIE : UNE VOIE QUI PEUT ÊTRE INTÉRESSANTE

Il existe des baumes à base de produits homéopathiques qui soulagent les symptômes de l’herpès labial. Ces baumes aident à réduire la douleur, la démangeaison et l’apparence des feux sauvages. On y retrouve des remèdes homéopathiques tels que Hypericum Perforatum (millepertuis) et Rhus Toxicodendron qui sont principalement utilisés dans les cas d’herpès.  

Les granules de Natrum Muriaticum sont aussi indiquées pour les problèmes d’herpès.

Les femmes enceintes ou qui allaitent, les enfants, les personnes qui prennent des médicaments ou qui souffrent de maladies graves ou d’allergies devraient consulter un spécialiste en santé naturelle avant d’utiliser les plantes médicinales.  

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement.