Par Luce Bertrand, coach spirituelle | www.lucebertrand.com

De tout temps, le début d’une nouvelle année a été propice à prendre des résolutions. Beaucoup de celles-ci concernaient des aspects reliés au corps : arrêter de fumer ou de boire, perdre du poids, faire de l’exercice, boire plus d’eau. Nombreux sont ceux qui ont commencé en lion en allant au gym trois fois par semaine par exemple, puis deux fois, puis aux deux semaines et leur abonnement d’un an a duré 3 mois. Je vous propose ici une formule que les Guides nous suggèrent. Cela consiste à réunir un petit groupe de gens une fois par mois dans lequel chaque participant décrit ses objectifs pour améliorer sa vie, avancer sur son chemin spirituel et devenir une meilleure personne. Je crois fermement qu’on peut changer le monde une personne à la fois.

Une résolution peut être de travailler le non-jugement, celui qu’on porte sur le physique des autres et le sien; le jugement négatif sur la température dont certains alimentent leurs conversations quotidiennes; les jugements sur les politiciens, les nôtres et celui du pays voisin qu’on ferait mieux de bénir; sur les nids-de-poule, le trafic, le travail. Bref, vous vous êtes peut-être reconnu quelque part. L’ego va dire « Oui, mais! » en essayant de tous les justifier, mais Un cours en Miracles nous dit : « Vous êtes beaucoup trop tolérant envers le vagabondage de l’esprit ». En fait, on ne surveille pas assez notre ego.

Dans ces rencontres, on ne prend pas nos résolutions à la légère. Chaque personne a préalablement réfléchi en demandant peut-être de l’aide de ses Guides de lumière ou de son Soi divin; a fait une introspection de sa manière de penser et d’être et, de ce fait, est arrivée à la constatation de l’importance d’apporter des changements dans sa vie. Elle peut donc vouloir cesser les jugements, guérir le ressentiment, la jalousie, la négativité, la colère, l’impatience, l’agressivité, le contrôle, l’envie, les obsessions, les dépendances, la paresse, la critique, l’égoïsme, le manque de générosité, le mensonge, la malhonnêteté, le non-respect, la trahison, la honte, la possessivité, la violence, la frustration, la vengeance ou les abus.

Chacun prend ensuite son engagement verbalement devant les autres membres du groupe. On peut donner des détails ou non, mais plus on est explicite, plus on a des chances de comprendre le message qu’un enseignant particulier tente de nous apporter. Le faire à haute voix ancre davantage notre intention. En le mettant en lumière et en prenant les autres à témoin, on met davantage l’ego en échec, car d’ordinaire, il préfère de beaucoup les masques, les cachettes, le mensonge (on se ment à soi-même aussi) ou le déni pour nous garder prisonniers de la souffrance. De cette façon, l’ego alimente aussi notre culpabilité, notre mésestime de soi, car comment aimer ce « pécheur » que nous sommes selon ce que la religion nous a enseigné? Un Cours en Miracles nous rassure totalement là-dessus en nous réitérant que nous sommes des créatures divines et qu’on ne peut pas être à la fois divin et malin. Bien sûr, nous sommes des âmes en apprentissage dans cette incarnation, nous commettons des erreurs et nous expérimentons toute la gamme des ombres.

Ces rencontres nous permettent donc de mettre nos ombres en lumière, de les identifier, de les nommer (c’est l’ego qui a besoin d’humilité) et de choisir de les guérir. On ne prend qu’un aspect à la fois et, pendant un mois, on s’observe en étant très vigilant face aux déclencheurs. Il faut cependant se rappeler que, dans un Cours en Miracles, il est très justement dit : « Je ne suis jamais contrarié pour la raison à laquelle je pense ». Bien sûr, l’ego veut nous convaincre que l’autre ou l’extérieur est responsable de tous nos maux, mais c’est faux. Personne ne pourrait déclencher en nous, par exemple, de la colère ou de la peine si cette peine ou cette colère n’y était pas déjà. L’autre ne fait qu’appuyer sur un bouton névralgique pour amener à notre conscience l’information qu’il y a là quelque chose à guérir. C’est un enseignant divin même si l’ego qui ne comprend rien nous inspire de la haine à son endroit.

Dans un premier temps, on observe donc un comportement. Puis on va plus profondément pour déraciner la pensée, l’émotion, ou la blessure qui l’a déclenché. Comprendre, par exemple, que je suis dérangé et par le fait même en réaction en présence de quelqu’un qui me montre un aspect de moi que je ne peux pas supporter. Mon réflexe pourra donc être de juger ce miroir, de le détester, de le critiquer, de manquer de patience ou de respect en sa présence. En partageant ouvertement cette prise de conscience au groupe, je peux davantage m’accueillir dans ma blessure et choisir de la guérir. L’action se fait dans l’amour et la réaction dans l’ego! À partir de là, le comportement de révolte sera éliminé.

D’un mois à l’autre, on peut maintenir la même résolution jusqu’à s’amener vers une guérison complète. Ces séances aident non seulement à élever nos vibrations, mais aussi toutes celles de la planète. Je vous souhaite donc une Divine Année et la capacité de capter tous les miracles qui sont diffusés vers vous au quotidien. Et si vous croyez que dans votre vie il n’y en a pas, pensez seulement que c’est grâce à votre VUE que vous venez de lire ce texte…

DATE DU PROCHAIN COURS EN MIRACLES

7 au 10 mars 2019

Détails sur mon site : www.lucebertrand.com

Réservation: 450-689-1149 | coursenmiracles@lucebertrand.com