Par Guylaine Campion, ND et journaliste

Quand on parle de trésors alimentaires en provenance d’Amérique du Sud, on pense tout de suite au quinoa, une pseudo-céréale qui a su se tailler une place de choix dans l’assiette des Québécois. Mais il existe d’autres aliments originaires de ce coin du globe et qui cachent de nombreux atouts nutritionnels à découvrir. Il s’agit de l’amarante, le manioc et l’arrow-root, tous sans gluten.

L’AMARANTE : « L’ALIMENT DES DIEUX »

L’amarante est une pseudo-céréale moins connue que le quinoa, mais tout aussi nutritive. Elle possède des propriétés extraordinaires. Notons qu’une pseudo-céréale est une plante sans gluten dont les graines peuvent être moulues et réduites en farine et utilisées tout comme celles des céréales. À l’instar de l’amarante et du quinoa, le sarrasin fait aussi partie de la famille des pseudo-céréales.

L’amarante est l’une des plus anciennes espèces de plantes cultivées par l’homme. Elle était considérée comme une « graine miraculeuse » par les Aztèques et les Incas qui lui conféraient même des pouvoirs surnaturels! Les Mayas, eux, en firent l’un des principaux aliments de leur culture. L’amarante était utilisée dans les rites religieux et reconnue comme étant « l’aliment des Dieux ».

L’amarante est une bonne source de protéines. Elle est donc idéale pour les végétariens ou ceux et celles qui souhaitent réduire leur consommation de viande. En fait, on dit qu’elle contient plus de protéines que la plupart des céréales, notamment de la lysine, un acide aminé qui stimule le cerveau, permet de conserver une bonne mémoire et de développer ses capacités cérébrales. Elle est riche aussi en calcium, magnésium, potassium, cuivre, manganèse, sélénium, phosphore, zinc et fer.

L’amarante est idéale pour combattre l’ostéoporose, lutter contre l’hypertension artérielle, la constipation, la diarrhée, l’insuffisance rénale chronique et les douleurs musculaires. L’amarante possède tellement de propriétés exceptionnelles que l’Académie Nationale des Sciences des États-Unis l’a déjà désignée comme étant le « meilleur aliment d’origine végétale pour la consommation humaine ».

LE MANIOC : TEXTURE ET SAVEUR SEMBLABLES AU BLÉ

Le manioc est un arbuste vivace que l’on retrouve dans les régions tropicales. Originaire d’Amérique du Sud, le manioc a été importé du Brésil en Afrique par des Portugais, au 17e siècle. On utilise le manioc depuis des millénaires. Sur le continent africain, il est devenu un aliment central.

Il existe deux variétés de manioc : l’amer et le doux. Le manioc amer est un tubercule toxique contenant du cyanure. Il doit d’abord être lavé et bouilli avant d’être consommé afin d’éliminer l’acide cyanhydrique, contenu dans ses racines. On lui fait subir un prétraitement à l’eau avant d’être transformé, par exemple, en tapioca (fécule de manioc). Pour sa part, le manioc doux est non toxique. Il peut donc être consommé comme un légume ou cru.

La farine de manioc est fabriquée à partir des racines de l’arbuste qui sont très riches en amidon. Fait intéressant, contrairement à certaines farines sans gluten qui peuvent donner une texture sèche, la farine de manioc offre plutôt une texture souple et une saveur qui ressemblent à celles du blé.  Elle est facile à digérer en raison de sa richesse en amidon.

Dans certaines cultures, on utilise même le manioc à des fins médicinales pour traiter les brûlements d’estomac ou la diarrhée. Il suffit de mélanger une cuillère à soupe de farine de manioc dans un verre d’eau.  De plus, elle peut être utilisée comme coupe-faim puisqu’elle gonfle dans l’estomac et procure une sensation de satiété. Par ailleurs, sa richesse en glucides en fait un aliment énergétique. Cependant, la farine de manioc contient très peu de protéines et de fibres. On peut donc alterner sa consommation avec d’autres farines complètes afin d’obtenir tous les nutriments nécessaires à une bonne santé.

On peut utiliser la farine de manioc pour faire des biscuits, des beignets, des gâteaux et des boulettes de viande, de poisson ou végétariennes.

De nos jours, le manioc est devenu la principale source alimentaire en Afrique, occupant le 5e rang mondial parmi les plantes alimentaires, après le maïs, le riz, le blé et la pomme de terre.

L’ARROW-ROOT : DES VERTUS MÉDICINALES, CULINAIRES ET MÊME… COSMÉTIQUES!

Son nom pour le moins étrange signifie « racine à flèche »! Il s’agit d’une fécule extraite du rhizome d’une plante tropicale d’Amérique du Sud : Maranta arundinacea. Cette plante avait la réputation d’absorber le poison présent dans les blessures dues aux flèches empoisonnées, mais aussi des morsures de serpents de scorpions d’où son surnom. Elle est antiseptique et cicatrisante. Son utilisation date de plus de 7 000 ans, mais au fil du temps, on a délaissé ses vertus médicinales pour découvrir ses avantages culinaires.

La farine d’arrow-root est inodore et n’a pas de saveur particulière.  Elle peut être utilisée dans n’importe quelle recette, qu’elle soit sucrée ou salée.  C’est une farine qui est riche en amidon et de qualité supérieure à celle de la pomme de terre. Elle est digestive et peut donc être consommée par les gens qui ont l’estomac fragile, particulièrement dans les cas d’acidité gastrique, et même par des bébés souffrant de coliques et de diarrhée.

Elle possède des propriétés anti-inflammatoires et un effet anti-vomitif. Elle est énergétique et diurétique et riche en calcium. La farine d’arrow-root peut être utilisée pour faire des bouillies, des soupes, des crèmes, des biscuits, des gâteaux ou des crêpes. Elle peut remplacer la farine et les œufs dans toute recette.

Outre ses qualités nutritionnelles, l’arrow-root peut être utilisé à des fins cosmétiques notamment pour apaiser la peau et cicatriser dans les cas d’échauffements, d’irritations cutanées et même d’eczéma. Aussi appelée marante, elle peut servir comme base de maquillage aux peaux mixtes et grasses.

Une seule ombre au tableau, certaines personnes peuvent avoir des réactions allergiques à l’arrow-root et même des effets au niveau respiratoire, donc la précaution est de mise quant à certains effets secondaires répertoriés.

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement.