Par Marie-Christine Trépanier, journaliste

Nous sommes tous à la recherche du bonheur! Et si on profitait de cette journée du 20 mars, « Journée mondiale du bonheur », pour prendre le temps de réfléchir à tous ces petits moments de joie qui parsèment nos vies de jour en jour…

Cette « Journée mondiale du bonheur » a été décrétée par l’Organisation des Nations Unies (ONU) à l’unanimité des pays membres en 2012. À noter cependant que ni la Russie ni la Chine n’ont exercé leur droit de veto sur ce vote. « Tous les peuples du monde aspirent à mener des vies heureuses et épanouissantes, à l’abri de la peur et du besoin, et en harmonie avec la nature », rappelait l’ex-secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, à l’occasion de la première célébration de la Journée du bonheur en 2013.

Ainsi, depuis 2013, l’ONU célèbre la « Journée mondiale du bonheur » le 20 mars et invite tous les États membres, les organismes des Nations Unies et les autres organisations internationales et régionales, ainsi que la société civile, y compris les organisations non gouvernementales et les particuliers, à souligner cette journée, notamment dans le cadre d’initiatives éducatives et d’activités de sensibilisation.

Avez-vous remarqué que la « Journée mondiale du bonheur » coïncide avec l’arrivée du printemps? Une saison remplie de promesses où tout renaît avec le retour de la lumière et le réveil de la nature!

QU’EST-CE QUI DÉTERMINE LE BONHEUR?

Y a-t-il des prédispositions au bonheur? En fait, on dit qu’à 50% nous disposons d’un héritage génétique, puis 10% sont en lien avec des circonstances extérieures alors que 40% proviennent de notre investissement personnel. Donc, nous avons de bonnes possibilités de cultiver notre bonheur et nos capacités à le ressentir. Les études scientifiques nous rappellent que « l’argent ne fait pas le bonheur ». Ce sont plutôt les liens sociaux qui sont importants.

Le bonheur, c’est aussi faire preuve de compassion, d’altruisme et de gratitude. Nous allons mieux dans nos vies quand nous faisons du bien aux autres. Il est gratifiant de faire preuve de bienveillance, de générosité, de rendre service et de mettre de la joie dans la vie des autres avec un sourire, un « merci », un compliment, une reconnaissance. N’avez-vous pas déjà ressenti dans votre cœur de la joie après une journée de bénévolat auprès des plus démunis ou des personnes âgées? N’oublions jamais que poser un simple geste peut faire le bonheur dans la journée d’une personne dans le besoin.  

On peut cultiver le bonheur dans nos vies en vivant le moment présent, en goûtant aux petits plaisirs au quotidien, en éliminant les relations toxiques et les émotions négatives, en voyant le bon côté des choses. L’empathie, la compassion et l’écoute sont des qualités à mettre en œuvre dans nos vies que ce soit en famille, au travail ou en société.  

Même s’il y a parfois des jours plus gris, l’idée d’un rêve, d’un succès futur, d’un projet à réaliser peut donner du sens à notre existence.  

VOUS POUVEZ MESURER VOTRE INDICE DU BONHEUR

Saviez-vous que depuis novembre dernier, il est possible de mesurer votre indice de bonheur, votre indice de l’humeur et votre indice de bonheur au travail sur internet et de les comparer aux moyennes de la population? Les trois indices sont fournis gratuitement sur le site www.indicedebonheur.com par la firme de sondages Léger.  

Dans un communiqué, Léger explique que cet indice de bonheur est consulté annuellement par plus de 100 000 personnes en Amérique du Nord, mais aussi en Europe, qui répondent à différents sondages.  

« Nous voulons permettre aux utilisateurs de calculer le changement de leur humeur dans le temps, et ce, tous les jours. Un peu comme la météo, cet indice nous permet maintenant de mesurer comment se porte la population d’une certaine ville, d’un certain âge, à un même moment », a déclaré Jean-Marc Léger, président de Léger. Pour la firme, le calcul permettant d’établir le niveau de bonheur dans les organisations et les entreprises pourrait « révolutionner le monde du travail ».  

« Les données que génère l’indice de bonheur au travail sont différentes de toutes les autres formes de consultation et poussent la réflexion dans des directions insoupçonnées. Elles permettent, entre autres, de comparer son groupe avec l’ensemble des Québécois, et ce, en fonction de leur âge et de leur sexe », peut-on lire.  

En terminant, en cette « Journée mondiale du bonheur », prenons la résolution qu’à la fin de chacune des journées qui s’écoulent dans l’année nous puissions identifier un instant de bonheur, grand ou petit, qui a mis de la joie dans notre cœur et dans celui des autres!