Journaliste : Guylaine Campion n.d.

Vous est-il déjà arrivé de voir vos doigts devenir soudainement blancs et froids, insensibles ou engourdis? Vous souffrez peut-être de la maladie de Raynaud. Il s’agit d’un trouble chronique de la circulation du sang dans les extrémités du corps qui survient lorsqu’elles sont exposées au froid et de façon plus rare, lors d’un stress émotionnel.

 

MALADIE OU SYNDROME DE RAYNAUD?

Habituellement, ce sont les doigts et les orteils qui sont affectés, mais aussi dans certains cas, le nez, les lèvres, les lobes d’oreilles et même les mamelons peuvent être touchés. La crise peut durer de quelques minutes à quelques heures.

Normalement, lorsque le corps est exposé au froid, il cherche à diminuer sa perte de chaleur en resserrant les artérioles situées sous la peau. Il s’agit de la vasoconstriction. Chez les personnes souffrant de la maladie de Raynaud, cette réaction devient excessive. Il existe deux formes de la maladie dont les causes diffèrent. La forme primaire appelée «maladie de Raynaud » est la plus fréquente et présente des symptômes plutôt légers qui ne causent pas de dommages aux vaisseaux ou aux tissus. La maladie survient entre 15 et 25 ans. Ce sont surtout des femmes âgées de15 à 40 ans qui en souffrent.

De son côté, la forme secondaire nommée « syndrome de Raynaud » est plus rare, mais aussi plus grave et est causé par des maladies qui attaquent les vaisseaux sanguins telles que la sclérodermie. Ce syndrome apparaît généralement dans la quarantaine et les cas graves nécessitent une consultation auprès d’un rhumatologue.

Les personnes souffrant de la maladie de Raynaud notent un changement de couleur de la peau de la région atteinte, passant du rose au blanc, un engourdissement et un refroidissement avec, dans certains cas, une perte de sensibilité. Puis, lorsque tout revient à la normale, il peut y avoir une sensation de fourmillement, une légère enflure et de la rougeur.

 

QUELQUES TRUCS POUR ÉVITER LES CRISES

Il va sans dire que le premier geste à poser pour éviter les crises de la maladie de Raynaud est de protéger tout son corps du froid. Porter des gants ou des mitaines de même que des chaussettes chaudes. Un chapeau ou une tuque est vraiment nécessaire, car nous perdons beaucoup de chaleur par la tête.

En été, les changements rapides de la chaleur suffocante à l’air climatisé sont à éviter. Par exemple, afin d’éviter les chocs thermiques quand vous entrez à l’épicerie ou manipulez des produits congelés, n’oubliez pas de porter une paire de gants. Buvez vos boissons froides dans un contenant isolé.

Faire de l’activité physique de façon régulière réchauffe le corps et améliore la circulation sanguine.

Ne pas porter des bagues trop serrées aux doigts ni de souliers inconfortables.

Évitez de boire du café puisque la caféine a un effet vasoconstricteur.

En cas de crise, on peut faire tremper les mains ou les pieds dans l’eau tiède et faire bouger les doigts et les pieds afin de rétablir la circulation.

 

PLANTES, VITAMINES ET ALIMENTS À PRIORISER

Parmi les plantes pouvant aider à contrôler la maladie de Raynaud, on retrouve le ginkgo biloba. L’extrait de feuilles de ginkgo biloba est reconnu par l’Organisation mondiale de la santé pour le traitement des troubles de la circulation périphérique. Cette plante agit dans les petits vaisseaux sanguins grâce à son effet vasodilatateur. Il permet aussi une bonne oxygénation et un meilleur flux sanguin.

Le gui est une autre plante ayant un effet fort intéressant dans les cas de maladie de Raynaud. Le gui agit également comme vasodilatateur. Une tisane de gui en hiver est une bonne habitude à acquérir pour ceux et celles qui souffrent de la maladie de Raynaud.

En médecine traditionnelle chinoise, le gingembre est une épice qui réchauffe, qui fournit donc de la chaleur au corps par temps froid. De plus, il aide à la circulation. Le gingembre est donc excellent puisqu’il joue à la fois sur les deux aspects problématiques de la maladie de Raynaud, soit la constriction des vaisseaux sanguins et le froid.

Parmi les aliments, l’ail a la réputation d’être un puissant vasodilatateur.  Il aide aussi à fluidifier le sang. D’ailleurs, si vous avez remarqué, on retrouve très peu de cas d’athérosclérose et de problèmes d’artères dans des pays comme l’Italie et l’Espagne, puisque leurs habitants sont de grands consommateurs d’ail.

La vitamine B3 (niacine) transporte l’oxygène et est indispensable à la respiration cellulaire et à une bonne irrigation du sang. Elle protège les vaisseaux sanguins. On la retrouve dans les viandes maigres, poissons, soya, germe de blé, levure de bière et noix.

La vitamine E oxygène le sang et facilite donc la circulation. Le germe de blé, l’huile de lin, le jaune d’œuf, les légumes verts, les noix, les amandes sont de bonnes sources de vitamine E. De plus, la prise d’oméga 3 peut également être de bon recours en améliorant la santé du système circulatoire.

Enfin, des séances d’acupuncture peuvent aussi s’avérer une piste intéressante à explorer.