Par Guylaine Campion, ND et journaliste

Le 14 novembre marque la Journée mondiale du diabète, soit la plus importante campagne mondiale de sensibilisation à cette maladie. Organisée par la Fédération internationale du diabète (FID) et soutenue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), cette Journée mondiale a pris naissance en 1991 alors que l’incidence du diabète dans le monde était en pleine escalade. Au fil du temps, la Journée mondiale du diabète a gagné en popularité et rassemble aujourd’hui des millions de personnes dans le monde entier. Professionnels de la santé, personnes atteintes du diabète, médias d’information et grand public, tous sont unis dans un même but : sensibiliser la population à cette maladie.  

POURQUOI LE 14 NOVEMBRE?

Pourquoi souligne-t-on la Journée mondiale du diabète le 14 novembre? En fait, cette date a été choisie en l’honneur de Frederick Banting dont c’est l’anniversaire et qui, avec Charles Best, a développé la théorie à l’origine de la découverte de l’insuline en 1922. 

La Journée mondiale du diabète est célébrée un peu partout sur la planète par les 190 associations membres de la FID dans 150 pays ainsi que par d’autres associations intéressées par cette maladie.  

Plusieurs activités sont organisées en lien avec le diabète, que ce soit des émissions de radio et de télévision, des manifestations sportives, des tests de dépistage gratuits, des réunions d’information, des campagnes d’affichage, des ateliers et expositions, etc.

Chaque année, la Journée mondiale du diabète est célébrée sous un thème bien précis. Tout comme l’an dernier, le thème de cette Journée demeure : « La famille et le diabète », dont le but est d’attirer l’attention sur l’impact du diabète sur la famille, le rôle du milieu familial dans la gestion de la maladie, le soin, la prévention et l’éducation. 

QU’EST-CE QUE LE DIABÈTE?

On connaît tous un proche qui souffre de diabète, une maladie chronique incurable qui affecte le taux de sucre sanguin. Le diabète apparaît lorsque l’organisme n’est plus en mesure de produire de l’insuline, une hormone qui contrôle la concentration de sucre dans le sang ou lorsqu’il est incapable de bien l’utiliser.  

Il existe trois principaux types de diabète : le diabète de type 1, le diabète de type 2 et le diabète de grossesse.  

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune. En effet, le système immunitaire détruit les cellules du pancréas qui produisent de l’insuline et la personne diabétique doit recevoir de l’insuline durant toute sa vie. Le diabète de type 1 apparaît généralement chez les enfants et les adolescents, mais parfois aussi à l’âge adulte.  

De son côté, le diabète de type 2 est un trouble métabolique qui survient lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline ou lorsque l’organisme n’utilise pas adéquatement l’insuline produite. Ajoutons que certains facteurs peuvent prédisposer au développement du diabète de type 2 : obésité, surplus de poids, inactivité physique, antécédents familiaux… Généralement, ce type de diabète apparaît chez les adultes âgés de 40 ans et plus, mais il peut aussi se manifester à un plus jeune âge.  

Enfin, le diabète de grossesse se développe chez les femmes enceintes lorsque le taux de glycémie sanguin est trop élevé pendant la grossesse. Ce type de diabète disparaît habituellement après l’accouchement, cependant, sa présence durant la grossesse accroît le risque pour la femme enceinte d’en être atteinte, ultérieurement. 

Fait assez troublant : une personne sur deux qui souffre de diabète n’est pas diagnostiquée. Non contrôlé, le diabète entraîne une élévation systématique du taux de glycémie dans le sang qui peut mener à de graves complications : maladies cardiovasculaires, perte de vision, insuffisance rénale, lésions aux nerfs et amputations. 

LE DIABÈTE EN CHIFFRES 

Diabète Québec estime qu’il y a 880 000 personnes qui vivent chez nous avec le diabète, et de ce nombre, environ 250 000 l’ignorent.   

Le diabète représente un fardeau économique de plus en plus lourd de près de milliards de dollars par année au Québec en coûts directs et indirects. Le diabète est responsable de 25% des opérations chirurgicales au cœur, de 40% des insuffisances rénales et de 50% des amputations d’origine non traumatique. De plus, il est la première cause de dialyse et aussi la première cause de la cécité chez les adultes de moins de 65 ans.  

Au moment du diagnostic, 80% des personnes diabétiques font de l’embonpoint ou souffrent d’obésité. 

On connaît tous des personnes diabétiques parmi nos proches, et ils sont de plus en plus nombreux dans notre société. Et même si l’hérédité joue un rôle dans son apparition, on associe la prévalence croissante du diabète à l’alimentation et au mode de vie qui prévaut en Occident : surconsommation de sucres raffinés, gras saturés, viande, peu de fibres, surplus de poids et manque d’activité physique.  

Parmi les symptômes du diabète, on retrouve : élimination excessive d’urine, augmentation de la soif et de la faim, perte de poids, faiblesse et fatigue excessives, vision floue, infections, ralentissement du processus de cicatrisation, engourdissement ou fourmillement dans les mains et les pieds.  

Heureusement, avec un traitement adéquat, un suivi médical, un bon régime alimentaire et quelques modifications au mode de vie, les personnes diabétiques peuvent mener une vie pratiquement normale.  

QUELQUES TRUCS NATURELS POUR PRÉVENIR LE DIABÈTE 

Voici quelques trucs naturels qui pourront vous aider à prévenir le diabète. Bien entendu, en cas de diabète, il est très important de suivre les conseils de votre médecin. 

  1. Pratiquer quotidiennement une activité physique 

La sédentarité est l’une des causes de l’apparition du diabète de type 2. La pratique quotidienne d’une activité physique permet d’éliminer les glucides en trop et aide à diminuer les risques de maladies cardiovasculaires.  La marche, la natation et le yoga sont quelques-unes des activités physiques à privilégier. 

2. Maintenir un poids santé 

Un surplus de poids contribue à l’apparition du diabète de type 2. Il est donc essentiel d’opter pour une alimentation saine et équilibrée.  

3. Choisir des aliments à faible index glycémique

Les aliments jouent un rôle capital dans le maintien d’un taux de glucose stable. Il est donc important de choisir des aliments à faible index glycémique et à faible teneur en gras.  

4. Ajouter de la cannelle à vos plats

Des études ont déjà démontré que la cannelle pourrait abaisser le taux de glycémie chez les personnes atteintes de diabète de type 2 et dont la glycémie est mal contrôlée. Cette épice agit sur l’insuline.  

5. Boire des infusions de feuilles ou de racines de bleuets (myrtilles) 

Le bleuet (ou la myrtille) possède des propriétés hypoglycémiantes.  

6. Prendre un supplément de chrome 

Le chrome est un oligo-élément qui participe à la régulation des fonctions des hormones pancréatiques chargées d’équilibrer le taux de sucre dans le sang. Les céréales complètes biologiques, le thym, le poivre noir et le poivron rouge sont riches en chrome.  

7. Ajoutez de la spiruline

La spiruline aiderait à stabiliser le taux de sucre sanguin.  

Les femmes enceintes ou qui allaitent, les enfants, les personnes qui prennent des médicaments ou qui souffrent de maladies graves ou d’allergies devraient consulter un spécialiste en santé naturelle avant d’utiliser les plantes médicinales.  

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement.