Par Guylaine Campion, ND et journaliste

Les enfants souffrent fréquemment d’inflammation de l’oreille. En effet, l’otite moyenne aiguë touche principalement les enfants en raison de la forme et de la position de leur trompe d’Eustache. Avant l’âge de trois ans, on estime qu’environ 85% des enfants auront fait au moins une otite moyenne aiguë et la moitié en auront fait au moins deux. Mais comment stopper ces otites à répétition?

OTITES MOYENNE, EXTERNE OU INTERNE?

D’abord, spécifions qu’il existe trois types d’otites : moyenne, externe et interne.  

L’otite moyenne, très fréquente chez les enfants, s’accompagne surtout de douleur dans l’oreille et de fièvre.  L’inflammation peut être aiguë ou chronique. Fait intéressant, selon certaines études, on noterait une fréquence plus importante chez les enfants qui n’ont pas été allaités. En effet, le lait maternel semble renforcer le système immunitaire. 

L’otite moyenne aiguë se caractérise par un épanchement généralement purulent dans la caisse du tympan. Elle est associée à une infection bactérienne ou virale. Des virus ou des bactéries contaminent le plus souvent l’oreille moyenne à la suite d’une sinusite ou d’une rhino-pharyngite en empruntant la trompe d’Eustache. Si l’otite est d’origine microbienne, le médecin prescrira un antibiotique.

Pour ce qui est de l’otite externe, précisons qu’une infection bactérienne ou à champignon peut être à l’origine. Elle affecte le conduit externe et le pavillon et se caractérise par une inflammation avec rougeur et gonflement du canal externe de l’oreille. On l’appelle aussi « l’otite du baigneur », car elle peut se contracter lors de la baignade. Douleur, démangeaison, irritation, sensation de gonflement, de pression et perte progressive de l’audition sont des symptômes de l’otite externe. Elle peut être causée, entre autres, par une infection bactérienne, une dermatite séborrhéique, une otite moyenne, une infection fongique, une réaction allergique et même l’utilisation excessive de coton-tige, de bouchons d’oreilles ou d’écouteurs. 

Enfin, l’otite interne est aussi appelée labyrinthite.

En général, une otite peut découler notamment d’une déficience immunitaire, d’une hypertrophie des adénoïdes, d’une mauvaise perméabilité des trompes d’Eustache ou de rhinites à répétition. Un terrain allergique et une mauvaise alimentation peuvent également être à l’origine de cette affection.  

ÉLIMINEZ LE SUCRE ET STIMULEZ LE SYSTÈME IMMUNITAIRE

Parallèlement à un traitement médical, certains changements alimentaires peuvent accélérer la guérison des otites. Dans un premier temps, la restriction et l’élimination du sucre raffiné peuvent réduire l’incidence des infections et des écoulements des oreilles. En fait, consommer des sucreries nuit au bon fonctionnement du système immunitaire. D’ailleurs, vous remarquerez que, souvent, les enfants développent des otites après la fête de Noël et de Pâques alors qu’ils se sont gavés de sucreries et de chocolat. Il faut donc éliminer le sucre qui affaiblit le système immunitaire et ralentit la guérison. 

Il faut stimuler l’immunité, réduire l’inflammation et enlever les aliments qui augmentent la formation de mucus. Par exemple, les produits laitiers, pains, gâteaux, biscuits, brioches sont des aliments qui provoquent de la congestion. Ils devraient donc être éliminés du moins jusqu’à la guérison.  

Attention aux aliments transformés qui contiennent des additifs et qui peuvent provoquer des réactions défavorables. Mieux vaut opter pour des aliments entiers. 

Éliminez aussi les aliments acidifiants : marinades, ketchup, moutarde, relish, boissons gazeuses, viandes rouges, charcuteries, etc.

ALLERGIES ALIMENTAIRES ET GONFLEMENT DE LA TROMPE D’EUSTACHE

Plusieurs enfants qui souffrent d’infection d’oreilles chroniques ont vu une amélioration de leur condition dès que leurs problèmes d’allergies ont été résolus. En fait, l’allergie alimentaire ferait gonfler la trompe d’Eustache, empêchant l’écoulement de l’oreille moyenne.  

Les sept aliments coupables seraient : le sucre, les produits laitiers, le blé, le maïs, les œufs, les agrumes et le chocolat.  

Certains naturopathes recommandent l’élimination de ces aliments durant environ trois semaines. En principe, les symptômes devraient diminuer ou disparaître durant cette période. Puis, vous pouvez ensuite réintroduire un à un ces aliments (un par jour) tout en observant l’apparition d’éventuels symptômes. Dès que les symptômes réapparaissent, il y a fort à parier que vous aurez découvert quel est l’aliment fautif à éliminer. 

QUELQUES CONSEILS SUPPLÉMENTAIRES

Certains suppléments vitaminiques peuvent être un ajout intéressant en temps de crise. Par exemple, la vitamine C est particulièrement efficace, car en plus de stimuler le système immunitaire, elle agit comme antihistaminique. Par ailleurs, la vitamine A et le zinc aident à combattre les infections. 

L’ail possède de puissantes vertus anti-infectieuses. La consommation de liquides chauds qui fluidifient le mucus aide à l’éliminer. Par ailleurs, la tisane de guimauve adoucit les voies respiratoires et réduit la sécrétion de mucus. Elle est tout indiquée dans les cas d’otite.  

Vous pouvez frictionner le pourtour de l’oreille avec de l’huile essentielle d’eucalyptus et désinfecter les fosses nasales avec de l’eau de mer. 

Apprenez à votre enfant à se moucher doucement une narine à la fois afin de ne pas créer une pression exagérée au niveau des oreilles. 

Les enfants exposés à la fumée secondaire sont plus à risques de souffrir d’otites. De plus, si vous fumez à la maison, leur guérison sera plus longue. D’ailleurs, il est prouvé que les enfants dont les parents fument à la maison ont jusqu’à quatre fois plus d’otites que les enfants vivant dans un environnement sans fumée.

Dans les magasins de produits naturels, il est possible de se procurer des gouttes spécifiques pour le traitement des oreilles. Ces gouttes nettoient, font fondre les bouchons de cire et calment les démangeaisons. Elles sont composées d’huile d’amande douce, d’huiles essentielles de lavande et de cajeput. 

Les personnes qui prennent des médicaments ou qui souffrent de maladies graves ou d’allergies devraient consulter un spécialiste en santé naturelle avant d’utiliser les plantes médicinales.  

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement.