fbpx

Comment cicatriser une plaie naturellement 

Par Nathalie Beaudoin, herboriste-thérapeute Hta et naturopathe ND

Facebook : Nathalie Beaudoin Herboriste-naturopathe 

https://www.facebook.com/nathalie.beaudoin.nd

Site internet : www.nathaliebeaudoin.com

Savez-vous que plusieurs plantes médicinales peuvent être utilisées dans le traitement local des brûlures ou des plaies sans gravité? Certaines ont fait l’objet d’études cliniques, notamment celles dont on va parler aujourd’hui. 

GRATUIT: abonnez-vous au magazine santé

Comment soigner une plaie ouverte ?

Tout d’abord, il est important de bien laver la plaie à l’eau et au savon avant d’appliquer quoi que ce soit afin d’éliminer les débris ou saletés comme le sang, le pus, etc. 

Ensuite, il suffit de bien rincer la plaie à l’eau pour éliminer toute trace de savon susceptible d’interférer avec l’antiseptique et bien la sécher avec un linge propre ou un mouchoir en papier. Aussi, il est important de ne jamais associer différents antiseptiques entre eux.

Cicatrisation d’une plaie avec des plantes

Une tisane d’achillée millefeuille, Achillea millefolium ou de thym commun, Thymus vulgaris, très concentrée, peuvent être appliquées avec des compresses. Ces deux plantes ont été utilisées traditionnellement depuis fort longtemps pour désinfecter et favoriser la cicatrisation sans assécher la peau. 

L’hamamélis pour soulager brûlures et plaies

Les feuilles et l’écorce de l’hamamélis, Hamamelis chinensis, contiennent une grande variété de flavonoïdes et de tanins. Elles ont des propriétés anti-inflammatoires et antiseptiques. Grâce à son activité anti-inflammatoire, l’hydrolat d’hamamélis en usage local réduirait les symptômes des coups de soleil. 

La calendule pour soulager brûlures et plaies

La calendule ou souci des jardins, Calendula officinalis, est reconnue pour ses propriétés anti-inflammatoires, antiseptiques et cicatrisantes. Sur les coups de soleil ou les plaies, l’infusion de fleurs de calendula vise à calmer la douleur et à favoriser la cicatrisation. 

L’application de crème au souci sur des brûlures du premier et du second degré a montré une efficacité convenable mais sans plus. Son efficacité est plus évidente dans la prévention et le traitement des irritations de la peau, comme lors de traitements de la radiothérapie anticancéreuse.

Le millepertuis pour soulager brûlures et plaies

L’huile de millepertuis, Hypericum perforatum, est utilisée traditionnellement en applications locales pour soulager les brûlures superficielles, les irritations de la peau et les piqûres d’insectes.

D’autres plantes pour soulager brûlures et plaies

Le gel translucide d’aloès, Aloe vera, est utilisé frais pour soulager les brûlures légères et aider à la cicatrisation des plaies mineures.

On utilise les sommités fleuries de la verge d’or, Solidago canadensis, préparées en infusion concentrée, pour faciliter la cicatrisation des petites plaies.

Existe-t-il des risques à soulager plaies et brûlures par les plantes ?

La gravité des plaies dépend à la fois de leur localisation et de leur profondeur. Les plaies peuvent entraîner des problèmes moteurs en cas de lésions nerveuses, tendineuses ou articulaires négligées. Il faut savoir distinguer les plaies bénignes des atteintes plus graves qui imposent une prise en charge médicale urgente. Une plaie de la main, même d’aspect bénin, doit ainsi faire l’objet d’un examen médical minutieux.

Les brûlures localisées à des endroits particulièrement sensibles (intérieur des cuisses, nez, mains, organes génitaux, yeux, voisinage des orifices naturels, etc.) sont classées parmi les brûlures graves même si la peau ne présente qu’une rougeur, car leur cicatrisation peut être délicate. Elles nécessitent donc un avis médical.

  • En règle générale, les personnes qui utilisent des produits à base de millepertuis, Hypericum perforatum, en applications locales ou par voie orale, doivent éviter de s’exposer au soleil ou aux lampes à bronzer. Son macérât a été reconnu utile sur les brûlures et les plaies.
  • La Commission E allemande a approuvé l’usage par voie externe de l’arnica, Arnica montana, pour traiter les hématomes, les oedèmes, les dislocations, les contusions, les troubles musculaires et articulaires, l’inflammation de la bouche et de la gorge, les furoncles, les piqûres d’insectes et la phlébite superficielle. Les teintures à base d’arnica, Arnica montana, doivent être appliquées sur une peau intacte (jamais sur les plaies ouvertes) et à distance des yeux et de la bouche. Leur usage doit rester occasionnel.

Les informations fournies dans cet article ne peuvent remplacer des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement. 

Sources : Passeport Santé, phytotherapie-et-aromatherapie, vidal.fr. 

Laisser un commentaire