fbpx

5 mai : la Journée mondiale de la sage-femme

Par Marie-Christine Trépanier, journaliste 

Le 5 mai, on souligne l’un des plus beaux métiers du monde, soit la Journée mondiale de la sage-femme. Cette profession demeure encore trop méconnue malgré le fait qu’elle se pratique depuis la nuit des temps.

Gratuit: abonnez-vous à notre magazine

Cette journée est une belle occasion pour en apprendre davantage sur cette profession et rendre hommage aux femmes qui la pratiquent.    

Le rôle d’une sage-femme

Les sages-femmes sont des professionnelles de la santé formées à l’université et qui sont responsables des soins et des services durant la grossesse, l’accouchement et la période postnatale pour la mère et le nouveau-né, et ce, jusqu’à six semaines après la naissance.  

Techniquement, elles sont des professionnelles autonomes qui détiennent un contrat avec un CSSS et leurs services sont entièrement couverts par la RAMQ.  

Les sages-femmes travaillent au sein d’une maison de naissance ou d’un service de sages-femmes.  Elles font partie d’une équipe multidisciplinaire constituée par des professionnels du CSSS ou de l’hôpital de référence.  

Parmi leurs tâches dans l’exercice de leur profession, elles effectuent les examens cliniques nécessaires et peuvent prescrire les échographies, les tests de dépistage prénatal de même que différentes analyses de laboratoire.  

Voir nos suppléments d’acide folique

Le déroulement de la grossesse

À chaque visite, la sage-femme vérifie les paramètres cliniques et évalue l’évolution de la grossesse et discute avec le couple des sujets qui peuvent les préoccuper que ce soit la nutrition, les malaises courants, les tests disponibles, l’échographie, le dépistage prénatal, etc. Il s’agit d’un soutien personnalisé effectué dans le respect. Si nécessaire, elle peut diriger la future mère vers d’autres professionnels. Si des complications surviennent durant l’accouchement, la sage-femme consultera ou transférera les soins à un médecin de famille, un gynécologue obstétricien ou un pédiatre. D’ailleurs, la sage-femme possède les connaissances requises afin de dépister d’éventuelles complications et stabiliser la situation en attendant la prise en charge médicale hospitalière.   

Après l’accouchement, la sage-femme visitera à plusieurs reprises la mère et le bébé à la maison et prodiguera les conseils appropriés. 

Quelle est la formation des sages-femmes?

Les sages-femmes sont formées durant quatre ans à l’Université du Québec à Trois-Rivières afin d’obtenir un « baccalauréat en pratique sage-femme ». Elles doivent ensuite maintenir à jour leurs compétences professionnelles par le biais de formation continue.  

Leur parcours académique leur permet d’effectuer des examens cliniques, de prescrire des échographies, des tests de dépistage prénataux, de même que différentes analyses de laboratoire.  

La profession de sage-femme a été légalisée en 1999 à la suite des résultats positifs de projets-pilotes.  Pour sa part, l’Ordre des sages-femmes du Québec a ensuite été créé. 

Saviez-vous qu’un 2018, Louis Maltais est devenu le premier homme sage-femme au Québec? Toutefois, son titre n’a pas été transformé pour « sage-homme », car le mot « femme » est relié à l’objet de la pratique, soit la personne qui va donner naissance.  

Source : www.osfq.org

Précédent

Suivant

Pin It on Pinterest

Share This